lundi 4 février 2008

Le plan Harpagon.

Le rôle d’un économiste ne consiste pas à radoter les pensées des auteurs du 19 éme siècle. Il ne se limite pas non plus au maniement des équations macroéconomiques qui intéressent surtout les spécialistes. Si l’économie a un sens, elle doit pouvoir se décliner en conseils à l’usage du grand public. Cet article s’adresse donc aux classes moyennes et surtout aux retraités qui risquent de souffrir du regain de l’inflation.

En premier lieu, plus vous dépensez, plus vous payez d’impôts et donc plus vous vous appauvrissez. En effet pour un achat de 100 euros, vous n’obtenez que 50 euros de marchandises, la différence étant comblée par les taxes et impôts prélevés par le gouvernement.

Dans ce contexte, comment dépenser moins et plus judicieusement? Tout d’abord, profitez des biens et services gratuits ou subventionnés. En particulier, ne vous restreignez surtout pas en matière de dépenses de santé. La part de gâteau que vous n’aurez pas consommée, dans un souci de civisme, sera de toutes façons dilapidée par les prédateurs. De même, au lieu de payer de l’essence hyper taxée, des parkings et des contraventions, utilisez les transports en commun et assistez aux spectacles offerts par les mairies. Certes, les prestations s’avèrent souvent médiocres mais leur gratuité compense leur moindre qualité!

Il faut aussi passer au peigne fin toutes les dépenses contraintes (charges du logement, primes d’assurance, impôts, remboursements de crédits et abonnements). Entre 2001 et 2006, ces dépenses sont passées de 50% à 75% du revenu des ménages modestes au point qu’il ne leur reste que de l’argent de poche pour l’habillement et l’alimentation. Commencez donc par supprimer les abonnements inutiles. Est il nécessaire de s’abonner à 36 chaînes de télévision alors que les 5 non cryptées suffisent déjà à votre désinformation? De même, inutile d’acheter des journaux puisque l’Internet vous apporte toute l’information mondiale à domicile.

Il faut aussi limiter les dépenses de l’alimentation. Approvisionnez vous en produits de base (pâtes, riz, sucre, café, conserves) dans les magasins « hard discount » qui sont 30% moins chers que les succursalistes ordinaires. Par ailleurs, il convient de sanctionner nos « chers paysans » qui s’enrichissent à nos dépens: comment justifier que le gigot néo-zélandais se vende au détail à 7 euros le kilo contre 30 euros pour le gigot français? Achetez donc le plus possible hors zone euro: par exemple, alors que les prix des fruits d’origine « France » atteignent des niveaux ridicules, reportez vous sur les bananes et les oranges importées qui affichent des prix raisonnables. Sachez aussi que l’eau du robinet est potable. Inutile d’acheter des eaux en bouteilles, des jus de fruits ou des vins trafiqués. Dans le cadre des campagnes de santé publique, supprimez le beurre de nos provinces, lourd en cholestérol et remplacez le par la bonne margarine importée de Malaisie. Souvenez vous « qu’il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger » et que les médecins répètent sans cesse que nous creusons notre tombe avec nos dents.

Supprimez aussi les restaurants. Dans la majorité des cas, les plats sont achetés en surgelé dans des supermarchés, chauffés au micro ondes et servis tel quel: pour un prix de revient 3 euros, le prix à la carte atteint 30 euros! Par exemple, on m’a servi de la viande pour chien dans un restaurant parisien, du poisson en provenance de l’Alaska dans un port breton et des huîtres pourries arrosées de vinaigre d’alcool en guise de vin blanc dans une brasserie normande! Puisque vous allez désormais recevoir chez vous, abstenez vous d’acheter du saumon, du foie gras ou d’autres mets fins chez les traiteurs. Appliquez plutôt la sage recommandation d’Harpagon « Il faudra de ces choses, dont on ne mange guère, et qui rassasient d’abord ; quelque bon haricot bien gras avec quelque pâté en pot bien garni de marrons ; là, que cela foisonne »

En vous inspirant de la campagne contre le tabagisme, pétitionnez pour vous plaindre du gazage passif que vous subissez du fait de la circulation automobile. Nos constructeurs de voitures apprécieront! Prohibez tous les aérosols et lessives en revenant au bon vieux savon de Marseille fabriqué avec de l’huile de palme. Les industries chimiques feront la grimace mais ce sera bon pour la planète. Pour vos brouillons, écrivez avec un crayon et gommez au fur et à mesure les textes dont vous n’avez plus l’usage. En procédant ainsi, vous utiliserez toujours la même feuille de papier au lieu d’acheter des cahiers. Certes, les papetiers licencieront leur personnel mais vous aurez droit aux félicitations des écologistes. Enfin, quand des commerçants vous interpellent sur les marchés, répondez leur par un vigoureux « Casse-toi de là ! Pauvre con ! » .

Vous manifesterez ainsi, avec une peu de servilité il est vrai, votre loyauté à l’égard du Président de la République tout en gardant bien serré les cordons de votre bourse. En appliquant ces conseils, vous vous porterez mieux, vous dépenserez moins, vous serez peut être décoré de la légion d’honneur et vous vous réjouirez de la déconfiture de tous les pendards publics ou privés qui comptaient vous piller en spéculant sur votre crédulité. Au temps de la colonisation britannique, Gandhi avait invité ses compatriotes à cesser leurs achats de textiles importés d’Angleterre. De même, en adoptant ce plan « Harpagon », vous tarirez toutes les sources d’argent qui permettent à nos gouvernants de différer les réformes indispensables. En bref, coupez leur les vivres. Ils l’ont bien mérité!

Gérard Pince