vendredi 30 mai 2008

Oui ! On peut baisser le prix du carburant.

La hausse durable du prix des carburants fragilise tous ceux qui travaillent, non seulement les pêcheurs ou les routiers, mais aussi les salariés qui font 50 Kms par jour pour rejoindre leur emploi. Ces personnes méritantes réclament une baisse du prix qui serait possible à condition de supprimer la TVA et la TIPP prélevées par l’Etat. On devrait donc pouvoir vendre du carburant détaxé à ceux qui en ont besoin, en s’inspirant, par exemple, du système des coupons essence qui existait autrefois en Italie au profit des touristes. Pour que cette diminution de recettes n’aggrave pas le déficit des finances publiques, il suffirait de réduire les dépenses en faveur de ceux qui ne travaillent pas ou qui font semblant de travailler (2).

Le Pouvoir est confronté à deux types de contestations: celle des gens qui se lèvent tôt et celle des anciens combattants de mai 68. En conformité avec ses principes, il lui incombe d’aider les premiers et de pénaliser les seconds. De leur coté, ceux qui exigent un carburant détaxé renforceraient leur position en réclamant la révision des allocations versées par l’Etat providence. Il faut donc soutenir leurs mécontentements pour inciter le Gouvernement à faire les choix qui s’imposent.

Gérard Pince.

1- À cet égard, j’approuve la décision du Président Sarkozy d’ouvrir le marché de l’emploi aux pays de l’Est de l’Union européenne. L’arrivée de baltes ou de polonais comblera un vide qui aurait de toutes façons été rempli par ceux qui ne partagent pas nos valeurs et qui n’ont rien à faire en France. Cette histoire grotesque de virginité en donne encore un exemple patent.