mardi 28 octobre 2008

Sommet financier du 15 Novembre- Mesures d’urgence

Notre nouvelle étude propose des mesures d’urgence soumises à l’appréciation du président Sarkozy et de son gouvernement dans le cadre de la préparation du prochain sommet du G20 le 15 Novembre à Washington. Cliquez sur www.freeworldacademy.com/globalleader/financialorder.htm

En dépit des injections de liquidités des banques centrales, le système financier continue à pâtir de l’insolvabilité potentielle des banques. Les différentes mesures ponctuelles de renflouement et les assurances verbales données par les états n’ont pas calmé la fébrilité des marchés.

Nous proposons donc que les principaux états établissent une lettre de garantie qui serait adressée aux cinquante plus importantes banques mondiales (1). Aux termes de cette lettre, ils se porteraient caution de tous les créanciers de ces banques (y compris les déposants) en les garantissant intégralement contre toutes pertes éventuelles.

En contrepartie, ces cinquante banques seraient assujetties à 5 réglementations d’exception:
- Supervision par un consortium d’institutions de contrôle sous l’égide du FMI.
- Clôture de toutes les opérations dans une liste de paradis fiscaux.
- Interdiction de prêter aux hedge funds.
- Obligation d’inclure dans leurs bilans les risques sur les produits dérivés et institution d’une chambre de compensation mondiale pour ces produits.
- Limitation raisonnable des avantages consentis aux directions et aux traders.

Grâce à cette initiative, la confiance serait restaurée et les banques concernées pourraient reconstituer leurs fonds propres en ayant recours au secteur privé. En effet, tous les déposants, et notamment ceux des paradis fiscaux, s’empresseraient de rapatrier leur argent dans ces cinquante banques pour bénéficier de leur garantie. En définitive, les états et les contribuables n’auraient donc rien à débourser au titre de leur caution.

Gérard Pince

1-Il existe plus de 10.000 banques de par le monde.