mercredi 19 novembre 2008

Les résultats du G 20

La nouvelle étude de la Free World Academy analyse, point par point, le communiqué du G20 qui s’est tenu le 15 Novembre à Washington, à l’initiative du Président Nicolas Sarkozy. Cliquez sur: www.freeworldacademy.com/globalleader/financialsummit.htm

Les médias français ont soit occulté, soit gravement déformé les résultats de cette conférence. A en croire les socialistes, elle marquerait le retour de Keynes et la condamnation du libéralisme. De leur coté, les libéraux dogmatiques évoquent le spectre de Roosevelt, du dirigisme et de l’étatisme! Il est vrai que le communiqué final est très technique et ne peut être pleinement compris que par des professionnels de l’économie et de la finance.

En réalité, le communiqué du G20 comporte une véritable apologie du libéralisme et du libre échange des biens et des capitaux. Il appelle à la conclusion, avant la fin de l’année, des négociations au sein de l’OMC qui visent à élargir encore davantage le champ de la globalisation. Le fait que des pays aussi différents que les USA, la Chine, la Russie et le Brésil de « Lula » aient paraphé un tel communiqué représente, en soit, un évènement historique. Certes, on verra ce que ces beaux principes pèseront à l’épreuve de la faillite annoncée des constructeurs d’automobiles, mais ce sera une autre histoire!

Sur le plan technique, le communiqué final reprend partiellement les cinq propositions formulées par notre étude préparatoire (se reporter à www.freeworldacademy.com/globalleader/financialorder.htm ). En revanche, il ignore l’idée principale visant à restaurer la solvabilité des banques et renvoie l’essentiel des mesures précises à des groupes de travail qui devront rendre leurs conclusions avant la prochaine conférence prévue pour le 30 Avril 2009, en présence du nouveau président américain. Il faut donc espérer que les marchés financiers parviendront à se stabiliser d’ici cette date.

Le Président Sarkozy et Gordon Brown connaissaient nos propositions et s’en sont inspirés. Malheureusement, le président Bush est resté sous l’influence de Think tanks périmés (Hudson, American enterprise institute, Cato, Heritage, Mises etc.) qui se sont trompés du tout au tout sur les origines de la crise et qui achèvent de se discréditer en prétendant qu’il ne faut surtout rien faire ! J’ai d’ailleurs désactivé les liens qui pointaient sur leurs sites car il est inutile que nos apprenants perdent leur temps en lisant des sottises. En conséquence, je vous invite à vous reporter aux études de la Free World Academy qui sont validées par la nouvelle ère de la globalisation qui vient de s’ouvrir. J’ajoute que notre Think tank éducatif capitalise, à ce titre, un lectorat mondial en forte croissance.

Gérard Pince