lundi 18 mai 2009

Les mutants

Le monde que nous avons connu et aimé ne nous survivra pas. Nos contemporains plus jeunes vont vivre un véritable cauchemar. En effet, ils auront beau placé un policier derrière chaque élève de treize ans, ils n’éviteront pas les conséquences inéluctables de l’invasion migratoire (1).

Les causes de cette catastrophe restent floues. On invoque souvent l’influence du gauchisme sur l’enseignement et les medias mais cette situation est propre à la France alors que le phénomène affecte l’ensemble de l’occident (2). J’ai insisté ici même sur la politique néfaste d’un certain patronat qui remplace ses nationaux par des immigrés dans les entreprises qui ne peuvent pas être délocalisées (3). On peut aussi souligner la responsabilité d’une ONU soumise aux volontés du tiers monde (4). En réalité, ces différents facteurs n’expliquent pas l’extraordinaire passivité de nos contemporains (5).

Il faut peut être revisiter la théorie de l’évolution pour comprendre cette situation. Depuis le premier homo sapiens, les mutations hasardeuses et la sélection naturelle se sont traduites par l’apparition de différentes races au sein de l’espèce humaine. On sait depuis peu, grâce aux études sur le génome, que cette différenciation concerne non seulement des caractères physiques secondaires mais aussi la résistance à certaines maladies (6). En conséquence, ces mutations peuvent aussi conditionner le comportement en diminuant par exemple l’agressivité au profit de la libido.

Il est donc possible qu’une mutation, prédisposant les individus à l’autodestruction, soit apparue au sein de la race blanche dans l’immédiat après guerre. Arrivés à l’age adulte à la fin des années 60, les mutants sont ensuite devenus majoritaires dans l’ensemble du monde occidental. Ces nouvelles générations sont donc condamnées à disparaître et leur remplacement par les populations du tiers monde correspond aux théories de Darwin sur la sélection naturelle. Cette hypothèse explique aussi pourquoi les personnes plus âgées éprouvent le sentiment d’appartenir à une race résiduelle.

Il est vain de vouloir lutter contre ce phénomène. Les mutants ne sont pas formatés pour nous comprendre et toute communication s’avère donc impossible. Comme jean Raspail, je crois que « les carottes sont cuites ». Nous assistons en direct à l’effondrement d’une civilisation et nous pouvons seulement témoigner en laissant quelques écrits à l’usage des historiens du futur.

Gérard Pince

1-La crise économique n’est qu’un évènement subalterne comparé au phénomène irréversible de l’immigration de peuplement.
2-Le rôle des médias qui occultent l’immigration semble surestimé puisqu’une simple chanson a été vue par 120 millions de spectateurs grâce à l’Internet.
3-En dépit de la crise économique, les libéraux orthodoxes qui relaient les aspirations de ce patronat réclament davantage de travailleurs immigrés.
4- Se reporter sur ce point au dernier livre de Bat Ye'Or, «Vers le Califat Universel».
5-Les scores annoncés à l’occasion des prochaines élections européennes illustrent ce constat.
6-Il existe ainsi aux états unis des médicaments réservés aux afro américains