mardi 2 juin 2009

Le délire économique

Depuis Mars dernier, nous vivons dans une atmosphère surréaliste. Tous les indicateurs macro économiques restent mauvais et le FMI révise mensuellement ses prévisions dans un sens toujours plus alarmiste. Après Chrysler, le géant General Motors vient de déposer son bilan entraînant ainsi la ruine de ses actionnaires, créanciers et sous traitants. Par ailleurs, des milliers de personnes vont se retrouver au chômage. Eh bien ! Figurez vous que les bourses ont salué ce funeste évènement en progressant fortement.

Lorsque je lis les commentaires de nos pseudo économistes, j’ai de plus en plus l’impression de vivre parmi des fous. On ne parle plus de dépression mais de croissance négative tandis que la déflation devient une inflation négative. On en arrive même à considérer qu’une amélioration se produit lorsque la chute d’un indice ralentit. Supposez par exemple, que vous ayez en trésorerie 1000 euros en Avril, 500 en Mai et 300 en juin. Face à une telle évolution, vous estimerez que votre trésorerie se détériore. Vous avez tout faux ! Votre trésorerie au contraire s’améliore puisqu’elle a chuté de 50% entre avril et mai et seulement de 40% entre Mai et Juin!

Dans ces conditions, nos compatriotes font preuve d’une parfaite insouciance et vivent au rythme de Roland Garros ou de la rétrogradation de Caen en seconde division. On voit toujours autant de voitures sur les routes et les plages sont noires de monde. On prépare dès à présent les vacances puisque la reprise est annoncée dès la rentrée. En définitive l’inquiétude se limite aux entreprises qui voient fondre leurs chiffres d’affaires et aux bassins d’emploi déjà affectés par la crise. Cette situation n’est d’ailleurs pas insolite : au plus fort de la dépression des années 30, les français fêtaient le front populaire et les congés payés en ignorant superbement les périls qui se profilaient à l’horizon (1).

Ce délire imbécile se terminera et je pense qu’il se terminera mal. Tous ceux qui annoncent une reprise prochaine trompent nos compatriotes et les incitent à dépenser sans compter alors qu’il faudrait au contraire épargner en prévision des difficultés à venir. Nos deux études de base (2) représentent l’alpha et l’oméga pour tous ceux qui veulent comprendre la situation actuelle. En substance, la surproduction mondiale en biens de consommation se conjugue à une pénurie et donc à une sous production prévisible des produits agricoles et du pétrole. Au moindre signe d’amélioration de la conjoncture, les cours de ces matières premières rebondiront aussitôt comme un ressort, tuant ainsi dans l’oeuf tout espoir de reprise durable. Pour le moment, conformément à nos prévisions, la déflation s’installe dans tous les pays en dépit du fonctionnement frénétique de la planche à billets. Toute cette orgie de papiers imprimés se traduira par une crise monétaire dont les conséquences restent pour le moment imprévisibles. On surveillera notamment, la hausse des rendements obligataires et l’affaiblissement constant du Dollar au profit de l’Euro.

Dans l’immédiat, je ne change rien à mes préconisations antérieures (3). J’exhorte de nouveau mes amis retraités à limiter le plus possible leurs achats auprès du commerce ou des entreprises. Comme vous avez du temps libre, fréquentez assidûment les ventes aux enchères ou vous trouverez tous les produits d’usage (vaisselle, textiles, bricolage, ameublement, véhicules, etc.) adjugés à des prix représentant en moyenne 5 à 10% de leur valeur dans le commerce. Privilégiez notamment les liquidations judiciaires, très nombreuses en ce moment, et qui permettent d’acquérir des biens à l’état neuf. Comme le disait, dès le début de la crise, notre commissaire priseur normand « Le commerce et ses prix ridicules, c’est fini ! Dorénavant, ce sont les acheteurs, cash en main, qui fixeront les prix dans les salles d’enchères ». Profitez en, c’est le moment!

Gérard Pince

1- Par ailleurs, une grande dépression s’étire pendant de nombreuses années. A l’exception de ceux qui sont directement touchés, les gens vivent donc à leur rythme habituel sans toujours se rendre compte de la dégradation lente et régulière de leur niveau de vie.

2- Se reporter notamment aux études suivantes: http://www.freeworldacademy.com/globalleader/financialcrisis.htm : classé sur Google en 6eme position sur 25.900.000 entrées http://www.freeworldacademy.com/globalleader/depression.htm classé sur Google en 5eme position sur 22.400.000 entrées. De tels classements signalent une fréquentation intense mais les médias n’en parlent pas parce que ces études contiennent des vérités qui ne sont pas bonnes à dire. Lisez attentivement ces textes. Vous économiserez ainsi l’argent dépensé inutilement pour acheter des livres écrits par des ignorants ou le temps perdu pour assister à des conférences organisées par des bouffons.

3-Se reporter à
www.freeworldacademy.com/criseauquotidien.htm