lundi 8 juin 2009

Obama : le compagnon de route de l’islamisme.

En Novembre dernier, j’avais constaté que nos contemporains souhaitaient la victoire d’Obama parce qu’il était noir. J’avais alors écrit que ce racisme « inversé » favoriserait la dissolution de notre civilisation tandis que les cultures musulmanes, africaines et papoues seraient magnifiées. L’actualité confirme mes prévisions les plus pessimistes.

Obama est en effet un personnage diabolique. Il sait parfaitement manipuler les mots et il faut lire très attentivement son discours du Caire pour débusquer tous les pièges qu’il nous tend. Il proclame que les états unis sont un grand pays musulman et place l’Islam au coeur de la société américaine, à égalité avec le christianisme. Il souligne ensuite la tradition de tolérance de l’Islam en Andalousie pendant l'Inquisition, et déforme ainsi grossièrement l’histoire, en légitimant l’occupation musulmane. Il critique les pays occidentaux qui limitent le port du voile, mais se garde bien de condamner les régimes qui transforment les femmes en fantômes. Enfin, en équilibrant les torts des occidentaux et des pays arabes, il place sur le même plan les agresseurs et l’Occident agressé. En définitive, Hussein Obama révèle sa véritable nature : Celle d’un habile compagnon de route de l’islamisme.

Bien entendu, tous les médias scandent en cœur « y’a bon Obama » et approuvent ces propos qui tranchent avec les horribles années Bush marquées par la volonté de s’opposer à l’islamo nazisme. Obama a donc les coudées franches. Il s’emploie méthodiquement à détruire le dollar et l’économie américaine. Il va aussi détruire tout l’Occident, à commencer par Israël. Connaissant ce pays et l’imbrication des populations, je considère que la fameuse feuille de route est parfaitement irréaliste et conduira le peuple hébreu dans le précipice le jour ou l’Iran disposera de l’arme nucléaire. Je le dis avec tristesse: il est douteux qu’Israël existe encore en 2020. Quel douloureux réveil pour les juifs américains qui ont majoritairement soutenu ce zombie en oubliant qu’il pouvait se retourner contre ses créateurs ! Après Israël, ce sera le tour de l’Europe. Les rodomontades de nos dirigeants n’empêcheront pas à terme l’adhésion de la Turquie. En effet, même si une majorité de français y reste encore opposée, les sondages montrent que ce résultat est obtenu grâce aux personnes âgées. Dans le futur, les chiffres seront donc inversés et nos mutants se prosterneront devant le grand turc pour expier les victoires islamophobes de Lépante ou de Vienne.

J’aime beaucoup la belle phrase de Jean Raspail qui figure en exergue à son blog « Quand on représente une cause (presque) perdue, il faut sonner de la trompette, sauter sur son cheval et tenter la dernière sortie, faute de quoi l'on meurt de vieillesse triste au fond de la forteresse oubliée que personne n'assiège plus parce que la vie s'en est allée ». A tort sans doute, je m’en tiens à une règle inspirée du règlement militaire, qui précise que la fanfare ne doit jamais se situer trop en avant du régiment. Or, je constate en me retournant qu’il n’y ‘a plus de régiment. On me dit qu’un sursaut est possible. S’il se produisait, je sauterais sur mon cheval pour y participer de toutes mes forces. Hélas, je suis trop lucide pour me bercer d’illusions.

Gérard Pince