mercredi 16 septembre 2009

Tous racistes !

La mésaventure de Brice Hortefeux illustre comment on a dénaturé le concept de racisme pour en faire une arme de pure propagande. En théorie, cette idéologie consiste à hiérarchiser les races humaines à partir d’attributs physiques, moraux et intellectuels. Le Ministre n’a nullement procédé à une telle hiérarchisation mais il se trouve que ce mot englobe à présent tous ceux qui privilégient leur famille ou qui aspirent à préserver leur identité culturelle. Dans ce sens élargi, tous les hommes sont donc plus ou moins racistes puisque l’adjectif stigmatise alors un sentiment aussi naturel que la peur du vide ou la crainte dans l’obscurité. Toutefois, dans l’esprit des propagandistes, seuls les blancs sont racistes et coupables de tous les maux qui accablent la planète.

On assiste donc à la montée d’un authentique racisme anti blanc (1) dans la plupart des pays du monde. Ce phénomène est né au coeur de l’Europe dans les années soixante lorsque des intellectuels se sont efforcés d’imputer la responsabilité des génocides commis par les nazis à l’ensemble des européens. Il s’est ensuite diffusé en Amérique sous couvert du « politiquement correct » en s’appuyant sur l’extermination des indiens, l’esclavage et la colonisation. Il est enfin devenu quasiment universel lorsque les différentes revanches mémorielles sont entrées en résonance pour désigner un seul coupable: l’européen de culture chrétienne, ce Dupont la joie, ce pelé, ce galeux. Par exemple, Brice Hortefeux croit pouvoir s’excuser de ses propos à l’égard des arabes en prétendant que ceux-ci visaient les auvergnats!

Ces accusations ne résistent pas à un examen honnête. Pour l’essentiel, les européens de l’ouest et à fortiori les américains et les russes ne sont ni responsables, ni coupables des génocides perpétués par les allemands et leurs collaborateurs. Le Royaume uni et la France ont d’ailleurs reçu la capitulation du Reich, aux cotés des autres puissances victorieuses. S’agissant des indiens, ils ont surtout été décimés par les maladies européennes contre lesquelles ils n’étaient pas immunisés. De plus, il faut contextualiser la violence des espagnols puisqu’elle s’exerçait alors avec la même vigueur, à l’encontre des serfs et des minorités religieuses en Europe. Enfin, nul ne songe à nier l’horrible traite des noirs mais les arabes, les européens et les africains qui échangeaient leurs captifs contre la verroterie des négriers, en ont partagé la responsabilité. En revanche, je m’insurge contre l’assimilation de la colonisation à l’esclavage qui va bientôt nous obliger à débaptiser toutes les rues qui portent les noms de Bugeaud, Lyautey et Gallieni (2).

Dés l’origine, ces faux procès ont été instruits pour stigmatiser les opposants à l’immigration de peuplement. Cette campagne odieuse atteint à présent son paroxysme avec le comportement inouï d’un Ministre qui refuse d’appliquer une loi votée par le Parlement (3). Ce retour de Monsieur Veto ne choque pas les grands démocrates. Ils sont sans doute trop occupés à truquer leurs élections internes ou à plonger les doigts dans la confiture antiraciste pour en extraire des montres !

Les français supportent toutes ces infamies dans un silence résigné. L’actualité nous rappelle que lorsqu’un employé a des tendances suicidaires, certains de ses collègues s’efforcent de le précipiter dans le tombeau. Il en est de même pour les peuples. Les différentes affaires de « racisme », plus loufoques les unes que les autres (4), traduisent un climat de haine et de surexcitation qui n’annonce rien de bon pour nos malheureux compatriotes.

Gérard Pince

1- Un livre récent, intitulé « la haine de l’occident », décrit la montée de ce phénomène qui tend à devenir universel.
2- Dans la période qui a suivi les indépendances, les villageois africains étaient contents de voir des blancs. Ils demandaient souvent « Patron, l’indépendance ça finit quand ? »
3- Il nous dit que les tests ADN ne sont pas au point. Qu’à cela ne tienne : suspendons donc tout regroupement familial en attendant qu’ils le soient.
4- Tintin au Congo, le préfet sanctionné, son arroseur arrosé et aussi la monstrueuse campagne de diffamation orchestrée contre nos amis de « Riposte Laïque »