dimanche 27 septembre 2009

G20: sinistres perspectives

La réunion de Pittsburgh n’a rien apporté de nouveau sur le plan économique. En revanche, une innovation politique lourde de conséquence a été actée avec la transformation définitive de l’ancien G8 en G20. En effet, l’Europe devient minoritaire au sein de ce forum chargé de la coordination économique du monde. On s’achemine ainsi, conformément aux vœux d’Attali et de ses amis, vers un gouvernement mondial dominé par les pays émergents. Il y’a seulement cinquante ans l’Europe régnait encore sur le monde grâce à ses empires coloniaux. Quel renversement en si peu de temps!

Avec la chute de l’Union soviétique, on a cru que la mondialisation allait étendre le modèle occidental à l’ensemble du monde: liberté, démocratie, libre marché. En fait, les classes moyennes occidentales se sont relativement appauvries sous l’effet conjugué des délocalisations et d’une immigration massive tandis que les bourgeoisies asiatiques s’enrichissaient. Il s’est ainsi opéré un nivellement au détriment de l’occident.

Pour les socialistes, la crise serait due aux excès de la finance. Pour les libéraux, la responsabilité en incomberait aux politiques monétaires laxistes de la FED et des états. En réalité, on a compensé le laminage des classes moyennes par un endettement excessif des ménages pour maintenir la consommation. Cet empire de dettes s’étant effondré, on a eu alors recours à la planche à billets et à l’endettement public pour sauver le système.

Le G20 tire donc à sa manière les leçons de la crise. Il amplifie le transfert des richesses de l’occident afin de substituer la consommation des pays émergents à celle d’une Europe déclinante. Il prépare la disparition des européens dans un immense marais indifférencié, déculturé, tiersmondisé. Grâce à ce phénomène de vases communicants, il élargit les marchés et garantit les profits d’une petite élite internationale qui concentre déjà la richesse et le pouvoir. Cela signifie que nous sommes en train de passer de la mondialisation à l’alter mondialisation.

Dans un excellent article de Valeurs actuelles, notre ami Jean-Christophe Mounicq estime que l’endettement public excessif annonce la fin des états providence. A mon humble avis, le passage à l’alter mondialisation laisse présager une autre issue. Les états vont résorber leur endettement grâce à l’inflation qui ruinera les épargnants occidentaux. En revanche, ils renforceront l’état providence (comme c’est le cas aux états unis) pour maintenir le contrôle social des populations.

Gérard Pince

vendredi 18 septembre 2009

Message à Jean François Copé.

De nombreux électeurs s’inquiètent des dérives actuelles de la majorité présidentielle.

Votre politique suscite en effet une incompréhension croissante
. On peut citer la taxe carbone dont personne ne comprend l’utilité réelle, la démission de l’Etat face à l’insécurité galopante, y compris dans les villes moyennes comme à Cavaillon, l’abolition des tests ADN alors que l’immigration de peuplement continue de plus belle, l’insertion de la finance islamique dans notre droit au détriment de la laïcité. Nous déplorons notamment les multiples complaisances à l’égard de l’Islam alors que ses instances représentatives condamnent fermement une loi sur la burqa. Ou sont donc passés vos musulmans modérés? Dans ce contexte, les discours assimilant la critique de l’Islam au racisme ou faisant l’éloge du métissage deviennent intolérables. Les Français de culture chrétienne, qu’ils soient libres penseurs, athées ou pratiquants, n’en peuvent plus. Ils éprouvent le sentiment d’être traités comme des citoyens de seconde zone dans leur propre pays.

Le Président et son gouvernement donnent l’impression de courir après la gauche et les écologistes. Alors que des personnalités de l’opposition accèdent à des postes clés, brimades et sanctions s’abattent sur des préfets et les forces de l’ordre qui accomplissent leurs missions dans un contexte de plus en plus périlleux. Que se passerait il en cas d’émeutes, si les gendarmes et la police jouaient « petits bras » ? Comptez vous sur les grandes consciences de gauche pour vous soutenir dans l’épreuve ? Plus grave encore, vous découragez les citoyens énergiques qui seraient prêts à se mobiliser spontanément pour défendre la République en cas de malheur.

Vos électeurs se souviennent des discours de Nicolas Sarkozy sur l’identité nationale et l’immigration. Quelle évolution en deux ans ! Nous avons de plus en plus l’impression que le Président subit l’influence de son cercle intime. Par exemple, Eric Besson n’aurait jamais osé braver le parlement s’il n’avait pas été secrètement soutenu. Au cours de notre histoire, nous avons déjà connu une « Madame Veto ». Vous savez comment cela s’est terminé. Face à cette dérive monarchique, nous voulons que le Parlement se fasse entendre d’une manière claire et nette.

Cette politique risque de vous exposer à une défaite en 2012. En ce moment, beaucoup d’électeurs déçus refluent vers le Front National. A tort ou à raison, ils préfèreront s’abstenir au second tour plutôt que de reconduire celui qui les a trompés. Les quelques ralliements gagnés à gauche ne compenseront pas les millions d’électeurs qui vous feront défaut et il ne suffira pas d’un discours au dernier moment pour inverser cette tendance. C’est donc maintenant que la majorité doit reprendre les choses en main en donnant un coup de barre salutaire. Nous attendons dorénavant des actions concrètes et non des incantations.

Ce message se veut amical mais il n’est pas interdit de le lire comme un avertissement.

Gérard Pince

mercredi 16 septembre 2009

Tous racistes !

La mésaventure de Brice Hortefeux illustre comment on a dénaturé le concept de racisme pour en faire une arme de pure propagande. En théorie, cette idéologie consiste à hiérarchiser les races humaines à partir d’attributs physiques, moraux et intellectuels. Le Ministre n’a nullement procédé à une telle hiérarchisation mais il se trouve que ce mot englobe à présent tous ceux qui privilégient leur famille ou qui aspirent à préserver leur identité culturelle. Dans ce sens élargi, tous les hommes sont donc plus ou moins racistes puisque l’adjectif stigmatise alors un sentiment aussi naturel que la peur du vide ou la crainte dans l’obscurité. Toutefois, dans l’esprit des propagandistes, seuls les blancs sont racistes et coupables de tous les maux qui accablent la planète.

On assiste donc à la montée d’un authentique racisme anti blanc (1) dans la plupart des pays du monde. Ce phénomène est né au coeur de l’Europe dans les années soixante lorsque des intellectuels se sont efforcés d’imputer la responsabilité des génocides commis par les nazis à l’ensemble des européens. Il s’est ensuite diffusé en Amérique sous couvert du « politiquement correct » en s’appuyant sur l’extermination des indiens, l’esclavage et la colonisation. Il est enfin devenu quasiment universel lorsque les différentes revanches mémorielles sont entrées en résonance pour désigner un seul coupable: l’européen de culture chrétienne, ce Dupont la joie, ce pelé, ce galeux. Par exemple, Brice Hortefeux croit pouvoir s’excuser de ses propos à l’égard des arabes en prétendant que ceux-ci visaient les auvergnats!

Ces accusations ne résistent pas à un examen honnête. Pour l’essentiel, les européens de l’ouest et à fortiori les américains et les russes ne sont ni responsables, ni coupables des génocides perpétués par les allemands et leurs collaborateurs. Le Royaume uni et la France ont d’ailleurs reçu la capitulation du Reich, aux cotés des autres puissances victorieuses. S’agissant des indiens, ils ont surtout été décimés par les maladies européennes contre lesquelles ils n’étaient pas immunisés. De plus, il faut contextualiser la violence des espagnols puisqu’elle s’exerçait alors avec la même vigueur, à l’encontre des serfs et des minorités religieuses en Europe. Enfin, nul ne songe à nier l’horrible traite des noirs mais les arabes, les européens et les africains qui échangeaient leurs captifs contre la verroterie des négriers, en ont partagé la responsabilité. En revanche, je m’insurge contre l’assimilation de la colonisation à l’esclavage qui va bientôt nous obliger à débaptiser toutes les rues qui portent les noms de Bugeaud, Lyautey et Gallieni (2).

Dés l’origine, ces faux procès ont été instruits pour stigmatiser les opposants à l’immigration de peuplement. Cette campagne odieuse atteint à présent son paroxysme avec le comportement inouï d’un Ministre qui refuse d’appliquer une loi votée par le Parlement (3). Ce retour de Monsieur Veto ne choque pas les grands démocrates. Ils sont sans doute trop occupés à truquer leurs élections internes ou à plonger les doigts dans la confiture antiraciste pour en extraire des montres !

Les français supportent toutes ces infamies dans un silence résigné. L’actualité nous rappelle que lorsqu’un employé a des tendances suicidaires, certains de ses collègues s’efforcent de le précipiter dans le tombeau. Il en est de même pour les peuples. Les différentes affaires de « racisme », plus loufoques les unes que les autres (4), traduisent un climat de haine et de surexcitation qui n’annonce rien de bon pour nos malheureux compatriotes.

Gérard Pince

1- Un livre récent, intitulé « la haine de l’occident », décrit la montée de ce phénomène qui tend à devenir universel.
2- Dans la période qui a suivi les indépendances, les villageois africains étaient contents de voir des blancs. Ils demandaient souvent « Patron, l’indépendance ça finit quand ? »
3- Il nous dit que les tests ADN ne sont pas au point. Qu’à cela ne tienne : suspendons donc tout regroupement familial en attendant qu’ils le soient.
4- Tintin au Congo, le préfet sanctionné, son arroseur arrosé et aussi la monstrueuse campagne de diffamation orchestrée contre nos amis de « Riposte Laïque »

vendredi 11 septembre 2009

Conseils aux retraités.

Dans la foulée du plan Harpagon, je souhaite actualiser un certain nombre de conseils destinés à mes amis retraités en tenant compte de l’évolution économique récente (1)

Commençons par la taxe carbone. Tout a été dit sur ce sujet. Il est évident que la réduction de notre consommation d’essence ne compensera pas les centaines d’usines polluantes de la Chine et de l’Inde. Le fait que de nombreux français veuillent ainsi « sauver la planète » montre que la bêtise humaine reste une ressource inépuisable. En revanche, on aurait pu imaginer une taxe carbone aux frontières de l’Union européenne pour protéger nos industries et nos emplois mais les pays nordiques s’opposent à cette idée qui pourrait pénaliser nos chérubins du tiers monde.

Comment se protéger de cette usine à gaz ? En premier lieu, roulez lentement pour consommer moins d’essence et conserver vos points. Par exemple, je respecte scrupuleusement les limitations de vitesse. Je ralentis sur les tronçons où il est interdit de doubler. J’accélère ensuite et j’adresse un salut amical aux gendarmes lorsqu’ils arrêtent des agités ! Pour économisez le chauffage, habillez vous avec de gros peignoirs en laine des Pyrénées et cuisinez au feu de bois à partir des déchets verts qui sont gratuits. En procédant ainsi vous compenserez la taxe et bénéficierez de surcroît des réductions d’impôts prévus pour les ruraux. Je sais bien que les citadins ne peuvent pas appliquer ces parades. Ils rameront donc davantage mais ils en ont l’habitude.

Les milliards d’euros versés par les banques centrales et les plans de relance se traduisent pour le moment par une bulle boursière. Nul ne sait combien de temps elle va durer mais il serait dommage de ne pas en profiter. Sauf incident majeur, j’envisage à présent un CAC 40 à 4.500 à la fin du premier trimestre 2010. Compte tenu des incertitudes actuelles, il n’est pas question d’abandonner les placements sans risques (2) mais l’épargnant pourrait commencer à placer 5% de son patrimoine en actions afin de doper le rendement de ce dernier. Je privilégie les actions pétrolières et aurifères qui devraient croître à moyen terme en raison de la pénurie prévisible des matières premières. J’achète aussi Total Gabon qui distribue de jolis dividendes chaque année.

Si l’inflation devait se propager de la sphère boursière à l’économie réelle, il faudrait alors se débarrasser de tous les placements monétaires (assurance vie etc.) pour se repositionner sur les biens qui augmentent au même rythme que la hausse des prix (actions et immobilier). En effet, dès qu’un semblant de reprise sera installé, tous les gouvernements laisseront filer l’inflation pour résorber leurs déficits au détriment des retraités qui n’auront plus que les yeux pour pleurer. Nous n’en sommes pas encore là, puisqu’en dehors de la bourse, la déflation continue à prévaloir (3) mais vous pouvez compter sur moi pour émettre un bulletin d’alerte lorsque le moment sera venu.

Enfin, en cas d’hyper inflation incontrôlable, les gouvernements seront obligés de rétablir le rationnement et les tickets pour permettre aux « populations fragiles et défavorisées » de manger à leur faim. Commencez donc à prospecter des sources alternatives d’approvisionnement en prévision d’une économie où vous ne pourrez compter que sur vos semblables. Par exemple, j’achète de plus en plus mon alimentation à la ferme. Je paye en espèces: ni vu ni connu. Comme on disait du temps de l’occupation « c’est toujours ça que les boches n’auront pas ».

Gérard Pince

1-Se reporter à mon dernier post sur la rentrée économique
2- D’autant plus que l’euro se renforce. Ayez une pensée émue pour les sots qui réclament un retour au franc !
3- C’est le cas de l’immobilier qui commence à baisser.

jeudi 10 septembre 2009

Philipe de Villiers doit défendre notre Préfet

Le Préfet Paul Girod de Langlade, vient d’être mis à la retraite d'office sans avoir été entendu par son supérieur et sans avoir pu s’expliquer devant un conseil de discipline. Il s’agit donc d’une sanction abusive qui devrait normalement susciter la réaction des syndicats de fonctionnaires. En effet, une telle procédure arbitraire s’assimile à une lettre de cachet délivrée à la demande de la milice « antiraciste » (1)(2).

Un jugement équilibré aurait du tenir compte du contexte. Dans un livre choc intitulé « les mosquées de Roissy », Philippe de Villiers avait révélé en 2006 que les islamistes étaient parvenus à infiltrer les services de sécurité des grands aéroports et à prendre le contrôle de zones entières où transitent bagages et passagers. Suite à ce livre, dénoncé par la milice, les autorités s'étaient résignées à fermer les mosquées, tout en maintenant une politique de discrimination positive au niveau du choix des préposés à la sécurité. En conséquence, les aires d’embarquement restent souvent contrôlées par des minorités ethniques.

Cette discrimination scandaleuse a débouché sur une pratique qui consiste à harceler toutes les personnes convenables . Par exemple, je suis toujours fouillé de la tête aux pieds. Il est vrai que j’ai tout du gibier de potence surtout lorsque je porte le ruban bleu à la boutonnière. Je m'attends donc à me retrouver un jour en caleçon entre les portiques de sécurité. Je reste néanmoins impassible car je ne veux pas donner aux préposés un prétexte pour hurler au racisme. En bref, on provoque le passager qui n’a pas le bon faciès. A l’évidence, notre malheureux préfet est tombé dans le piège.

Depuis les attentats du 11 septembre, perpétués au nom de l’islam, il est normal que tous les contrôles soient renforcés. Je pense pour ma part qu’ils ne sont pas assez sévères. Par exemple, les personnes “pieuses et décentes” devraient éviter les avions qui ont été inventés par des mécréants et feraient mieux de voyager en chameaux, conformément à leurs saintes traditions. Dans le cas présent, on pratique au contraire une sorte de profilage inversé. Avant de mettre en doute la parole d’un Préfet, nos Ministres qui ignorent cette situation puisqu’ils passent par le salon d’honneur, devraient donc faire procéder à des « testings » pour s’assurer que l’esprit des contrôles n’est pas biaisé.

Cette affaire reflète une réalité occultée : lorsque deux ethnies ne s’aiment que « modérément », celle qui est majoritaire fait tout pour brimer l’autre. C’est un phénomène universel qui s’observe sous toutes les latitudes. La situation dans les aéroports préfigure donc ce qui nous attend partout dans la France de demain. En revanche, c’est dès à présent, que j’attends une réaction de Philippe de Villiers d’autant plus qu’il connaît parfaitement cette situation. Je l’invite donc à signer sur www.mesopinions.com (3) la pétition mise en ligne par des patriotes, et à soulever ce problème au niveau du Comité de Liaison de la Majorité.

Gérard Pince

1-J’ajoute que la politique consistant à sanctionner à la moindre bavure des Préfets, policiers et gendarmes me parait très imprudente dans la situation actuelle. Que ferez vous, Messieurs les Ministres, lorsque vos fonctionnaires joueront « petits bras » face à des évènements graves ? Comptez vous sur le renfort des grandes consciences de gauche pour rétablir l’ordre et préserver le Pouvoir?
2-Le Ministre se fait à son tour accuser de racisme par la milice . Encore un exemple de l'arroseur arrosé!
3-Cliquez sur
www.mesopinions.com et inscrivez “pour l’honneur d’un préfet” afin d’accéder à la pétition.

mardi 8 septembre 2009

La démarche de Philippe de Villiers

J’ai maintes fois répété qu'un embrasement général et durable des banlieues serait de nature à réveiller nos compatriotes et à obliger le Pouvoir à prendre des mesures d’exception. Dans une telle perspective, comment devons nous nous positionner ?

On peut évidemment imaginer un vaste mouvement citoyen mais une expérience récente m’incite à penser que nos amis sont incapables de s’organiser ou de s’unir et qu’ils ne joueront aucun rôle en cas d’évènements graves. Nous ne pouvons donc compter que sur les forces de l’ordre (armée, gendarmerie, police) qui obéissent au pouvoir politique. Or, au moins jusqu’en 2012, celui ci sera exercé par Nicolas Sarkozy. En entrant dans le comité de liaison de la majorité, Philippe de Villiers peut donc constituer un noyau dur qui pèsera sur l’exécutif en cas de d'incidents majeurs. En effet, à défaut de réactions citoyennes, il faut faire partie des cercles dirigeants pour espérer jouer un rôle utile.

Vous m’objecterez que ces dirigeants portent une large responsabilité dans les maux qui nous accablent et qu’il est donc étrange de demander à des pyromanes d’éteindre l’incendie. Cet argument ne résiste pas à l’examen. Face à l’urgence, l’homme d’action ne passe pas son temps à rechercher les causes lointaines ou à ressasser de vieilles rancunes et des fantasmes. Le stratège avisé fait abstraction de ses sentiments et se concentre sur le présent et le futur à la manière d’un joueur d’échec qui évalue la position des pièces au lieu de refaire l’historique de leurs mouvements.

Vous pouvez aussi estimer, qu’avec ou sans Philippe de Villiers, le Pouvoir reculera sans cesse. Cette possibilité n’est pas à écarter mais j’observe néanmoins que lors des émeutes de 2005, l’état d’urgence a bien fini par être décrété. J’ajoute que si le Pouvoir cédait à la violence en donnant un doigt, les émeutiers réclameraient aussitôt tout le bras. Cela signifie qu’une reculade favoriserait l’embrasement au lieu de le réduire. Pour ces raisons, le Pouvoir sera forcé de réagir et la présence d’une aile dure au sein de la majorité devrait favoriser la promptitude et la sévérité des décisions nécessaires.

Je comprends donc la démarche de Philippe de Villiers mais, avant de l’approuver, j’attends de lui des déclarations démontrant qu’il a conservé son entière liberté de penser.

Gérard Pince

lundi 7 septembre 2009

La rentrée économique


En prélude au G20, le FMI et l’OCDE confirment que l’économie se stabilise et que la reprise pourrait survenir prochainement. En revanche, comme le chômage devrait continuer à croître, ces institutions recommandent la poursuite des politiques monétaires et fiscales expansionnistes et considèrent qu’il est encore trop tôt pour adopter des mesures visant à résorber les déficits publics. Ce constat, qui sera sûrement avalisé par le G20, appelle les commentaires suivants.

Il est exact que le point le plus bas de la crise semble passé. L’OCDE prévoit désormais une baisse du PIB moins importante que celle qui avait été annoncée en juin 2009 (par exemple -2,1% au lieu de -3% pour la France et – 4,8% au lieu de – 6,1% pour l’Allemagne). En revanche les grands indicateurs restent contrastés. En particulier, le Baltic dry index qui était remonté à 3.700 en Juin est retombé à 2.415 début septembre. Il ne faut donc pas verser dans l’optimisme en se fiant au seul rebond des marchés boursiers (1).

Au fond qu’a-t-on fait jusqu’à présent ? On a financé les banques pour sauver les déposants, mais les banquiers ont confondu ces aides avec des jetons de casino en jouant en bourse au lieu de prêter aux entreprises pour investir. Dans le même temps, on a remplacé l’endettement privé des ménages par de l’endettement public avec des primes à la casse et des réductions d’impôts afin d’empêcher un effondrement de la consommation. Ces deux démarches (baisse de la capacité de production et soutien à la consommation) devraient déjà se traduire par une forte inflation. Elle ne s’est pas encore produite parce que la peur du chômage incite les gens à épargner et réduit d’autant les risques d’une demande excessive.

Dans ce contexte, si les gouvernements commençaient à rétablir leurs finances publiques, la consommation pourrait s’affaiblir davantage, tuant dans l’œuf les maigres espoirs de reprise. Mais à l’inverse, la poursuite des politiques actuelles semble insoutenable. Certes, les gouvernements comptent sur une bonne dose d’inflation pour résorber leurs déficits mais s’ils devaient continuer à s’endetter en 2010 au même rythme qu’en 2009, nous pourrions déboucher sur un chaos monétaire et une crise encore plus grave que celle que nous traversons.

Les pouvoirs publics, le FMI, et l’OCDE se trouvent confrontés à ces deux écueils parce qu’ils refusent de prendre en compte la véritable nature de la crise : Une économie mondiale qui pénalise les classes moyennes européenne et américaine au profit des multinationales, de la finance mondialisée, et des potentats du tiers monde, n’est tout simplement plus viable. Au lieu d’adopter des mesures radicales (2), les gouvernements se contentent de bricolages. La taxe carbone est à cet égard exemplaire: on construit un nouvel étage pour s’apercevoir ensuite que les fondations ne sont pas assez solides pour le supporter. Bien que la France ne soit pas la plus mal placée face à la crise actuelle, de tels errements illustrent bien l’insuffisance des analyses et des réflexions au niveau de la classe dirigeante. Quand reviendra–t-on à un minimum de professionnalisme ?

Gérard Pince

1- Sites du FMI, et de l’OCDE : cliquez sur : http://www.imf.org/external/index.htm - http://www.oecd.org/home/0,3305,en_2649_201185_1_1_1_1_1,00.html
2-http://www.freeworldacademy.com/globalleader/depression.htm et http://www.freeworldacademy.com/bref.htm

vendredi 4 septembre 2009

Tintin au Congo.

La polémique au sujet de « Tintin au Congo » nous donne l’occasion d’en finir avec l’adjectif « raciste » qui diabolise les opposants à l’invasion et à l’islamisation de la France.

Nous avons tous lu les albums d’Hergé. Nous les avons mis entre les mains de nos enfants et petits enfants parce qu’ils étaient amusants, éducatifs et exempts de vulgarité. A présent, on nous dit que " Tintin au Congo contient des images et des dialogues porteurs de préjugés racistes abominables" (1). En toute logique, il faut en conclure que tous les français sont racistes à la manière de Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir. Il va donc falloir interdire la plupart de nos auteurs classiques et brûler des livres comme au temps du nazisme (2).

De plus, les médias traitent de racistes ceux qui aspirent à préserver leur identité culturelle. Comme tous les hommes partagent cette ambition, il en résulte que l’humanité entière est raciste. En effet, tout individu affectionne sa famille, sa langue et son ethnie. Par exemple, le président Obama a pris parti en faveur d’un noir opposé à un policier blanc (l’affaire Gates), cédant ainsi à un sentiment aussi naturel que la peur du vide ou la crainte dans l’obscurité.

A l’évidence, ce sentiment s’exaspère lorsque des ethnies que tout oppose, en viennent à se mélanger. C’est dans ce contexte que des insultes inadmissibles peuvent fuser mais la responsabilité en incombe alors à ceux qui ont imposé cette cohabitation. Par exemple, pouvons nous étouffer nos sentiments lorsqu’une association maghrébine exige la suppression des enseignes en forme de croix des pharmacies ? Devons nous modifier la nature humaine afin de rivaliser avec les anges ?

L’antiracisme est donc une machine inventée par les gauchistes pour culpabiliser les sociétés occidentales afin de mieux les détruire. Ils défendent l’identité ethnique des Ouigours submergés par l’immigration des Hans alors qu’ils insultent les français qui refusent l’invasion migratoire de leur territoire. Au risque de me répéter, imaginez que Bouteflika annonce que les européens seront bientôt majoritaires en Algérie et que les arabes devront s’en réjouir! Ce serait l’insurrection générale. Je vous recommande d’utiliser cet argument pour répondre aux apôtres d’un idéal « post racial » rejeté par toutes les autres ethnies.

En réalité, ils veulent nous « coller » aux génocides commis par les nazis au nom d’un racisme pathologique. En vertu du même amalgame, doit on associer la lutte des classes et les syndicats aux génocides perpétués par Staline et les communistes ? Comme il n’en est pas question, cela prouve que les gauchistes se moquent éperdument des droits de l’homme. Ils ont soutenu le « Kampuchéa démocratique » de Pol Pot et certains d’entre eux restent accusés de complicité dans le génocide du Rwanda.

Ne vous laissez plus paralysés par des mots. Il ne sert à rien de bafouiller « je ne suis pas raciste mais... ». Tous les hommes le sont, plus ou moins, le plus et le moins représentant les formes pathogènes d’un sentiment naturel universel. En tout cas, nous le sommes sûrement moins que ceux qui viennent agresser notre culture et notre mode de vie sur notre propre sol.

Gérard Pince

1-En faisant la part de la caricature, cet album me parait plus proche de la réalité que les ouvrages commis par de pseudo intellectuels (Je pourrais raconter beaucoup d’anecdotes vécues aussi drolatiques que celles imaginées par Hergé)
2- On ne risque pas de mettre au pilon la littérature africaine puisque le continent noir n’a pas inventé l’écriture. Il en a hérité grâce à la colonisation dont on ne dira jamais assez les bienfaits: abolition de l’esclavage, rétablissement de la paix entre tribus, lutte contre la sorcellerie, vaccinations, grands travaux etc.

mercredi 2 septembre 2009

Interdire la Burqa, le voile et les sectes Salafistes.

Nos amis américains suivent le débat sur la burqa et le voile en France. Vous trouverez un article percutant de Brenda Walker en cliquant sur www.freeworldacademy.com/globalleader/burqa.htm

Sur un plan concret, je vous recommande de signer la pétition initiée par nos amis de Riposte Laïque: http://www.ripostelaique.com/Halte-a-la-burqa-et-au-voile.html et de participer à leur campagne en commandant des autocollants ( écrire à Riposte laïque Boite Postale 82035, 13201, Marseille cedex 1 avec 4 euros, frais de port compris, pour la commande de 10 autocollants, et 20 euros, frais de port compris, pour la commande de 100 autocollants).
Essayez d’en coller le plus possible dans les gares , les entrées de grandes surfaces et tous les endroits fréquentés par les chances pour la France : vous leur ferez plaisir !

Par ailleurs, nous devons soutenir le Préfet Paul Girod de Langlade , victime d’un traquenard devenu habituel sur les aires d’embarquement, en signant la pétition « pour l’honneur d’un préfet » sur www.mesopinions.com

Enfin, vous retrouverez une étude complète consacrée aux vrais chiffres de l’immigration et aux projections démographiques en vous reportant à: www.freeworldacademy.com/hnews.htm . Permettez moi d'ajouter que le site de la Free World Academy, que j'ai fondée en 2002, vient de dépasser le cap des dix millions de visiteurs!(1)

Bonne rentrée résistante et surtout bon courage car vous en aurez besoin !

Gérard Pince

1- Principalement américains, australiens, canadiens, indiens, chinois, phillipins etc. Décidément, nul n'est prophète en son pays!