mercredi 17 novembre 2010

Consignes pour l’hiver.

1-Se concentrer sur un seul objectif : lutter contre l’invasion.

Trop de mouvements se dispersent inutilement. Par exemple, nous n’avons pas signé une pétition où cet objectif ne venait qu’en cinquième position après des considérations oiseuses sur la construction européenne ou sur l’OTAN. De même, ne comptez pas sur nous pour participer à des spéculations ou des agitations politiciennes. Il n’y a rien à attendre des prochaines élections.

2-Seule une insurrection générale des envahisseurs, qui ouvrirait enfin les yeux de nos compatriotes, pourrait déboucher sur une situation d’exception propice à notre libération.

Ce scénario n’est pas acquis. Les chefs occultes contrôlent bien leurs troupes avec la complicité des collabos : A quoi bon se soulever maintenant alors que l’évolution démographique et les flux migratoires assureront mécaniquement la subversion de la France et de l’Europe ?

3-Dans ce contexte, une stratégie fondée sur le cycle provocation–répression doit mobiliser tous les résistants.

Toutes les initiatives locales, individuelles ou émanant de petits groupes, sont les bienvenues. Nous vivons sur un baril de poudre que les occupants ne veulent pas encore faire exploser. Nous avons intérêt à ce qu’il explose avant d’être devenus minoritaires. Pour allumer la mèche, il suffit d’un seul homme.

Nous soutenons sans réserves Riposte Laïque, Résistance Républicaine et le Bloc Identitaire qui sont en France des mouvements dignes de notre confiance.

Gérard Pince