mercredi 29 janvier 2014

Il était une fois la révolution !

  

      Notre Jour de colère a été un succès si l’on en juge par le tombereau d’injures déversé par les ennemis de la France. Nous les faisons trembler parce qu’ils réalisent que le processus ira crescendo et qu’il débouchera sur la chute de leur régime mortifère. Ils savent que la grande punition approche et que nous serons impitoyables.

     Cette cinquième république née d’un putsch militaire présente tous les stigmates d’un système à bout de souffle. Népotisme avec ces dirigeants qui se succèdent de père en fils dans les meilleures prébendes comme au temps de la féodalité. Corruption avec les scandaleuses commissions versées à des hommes politiques au titre de ventes d’armes. Crimes étatiques avec l’ignoble abandon des harkis et les complicités nauséabondes des grandes consciences de gauche à l’égard des génocidaires rwandais. Incompétence avec la montée incessante du chômage, la désindustrialisation et la ruine des finances publiques. Folie furieuse avec une justice qui préfère les délinquants aux victimes et une éducation qui transforme les garçons en fillettes. Haute trahison enfin et surtout avec la monstrueuse substitution de notre peuple et la perspective d’une France en majorité musulmane avant 2050 !

     Les médias nous reprochent de ne pas avoir de propositions concrètes mais la première phase d’une révolution consiste toujours à chasser le régime existant. En 1789, les sans-culottes ne cherchaient qu'à abolir les privilèges et les réformes constructives sont arrivées par la suite. Il en sera de même cette fois-ci et il suffit de se reporter à nos textes pour connaître les grands axes de la politique de redressement. En premier lieu, sachant que toutes les crises que nous subissons (comptes publics, logement, travail, éducation, sécurité) résultent de l’invasion, nous interdirons toute immigration en provenance des pays extérieurs à l’Union européenne. La suppression des prestations versées aux étrangers, le renvoi de ceux qui sont au chômage, l'abolition de la double nationalité, la déchéance de citoyenneté en cas de peines délictuelles ou criminelles, déboucheront sur un reflux salvateur.

     Citons aussi la dissolution des associations chargées de la police des idées, la confiscation des médias coupables de collaboration, l’annulation de toutes les lois portant atteinte à la liberté d’expression et le rejet des textes contre nature comme la théorie du genre. Bien d’autres aspects plus techniques sont encore en gestation comme la privatisation de la protection sociale et de l’éducation, le démantèlement du Code du travail, la justice fiscale ou la réforme de la construction européenne, etc.

     Pour appliquer cette politique le nouveau pouvoir s’appuiera sur le referendum d’initiative populaire à l’image de la Suisse qui sera notre modèle et sur une garde nationale qui enrôlera tous les chômeurs français. Des millions de citoyens retrouveront ainsi un revenu et surtout leur dignité.
    
     Dans l’immédiat, soutenons la courageuse Béatrice Bourges dans son combat pour la destitution de Hollande. Ensuite viendront d’autres journées révolutionnaires avec des cahiers de doléances, puis des États généraux pour se substituer à un parlement impotent. Enfin, ce processus débouchera sur un gouvernement provisoire qui convoquera une Assemblée constituante.

     Français ! En avant ! Reprenons en main notre destin trop longtemps détourné par des incapables, des voyous et des traîtres.

Gérard Pince


lundi 20 janvier 2014

Révolution bleue : appel à la mobilisation générale pour le 26 janvier !



     Le système est un colosse aux pieds d'argile. Le « jour de colère » représente un premier coup de burin pour l'ébranler. D'autres journées suivront avec de nouveaux mots d'ordre afin de parvenir au but : le renvoi de l’oligarchie qui veut nous remplacer et la convocation d'une assemblée constituante.

     Certains s’inquiètent des éléments indésirables qui risquent de brouiller la signification de l’évènement mais c’est le lot de toute action révolutionnaire à ses débuts. Nous éliminerons ces scories dans un second temps ! Pour le moment, engageons un processus irrésistible, en nous inspirant des précédents historiques et des exemples de l’actualité.
   
     Avec la « Révolution bleue », nous étions les précurseurs d’une révolte citoyenne. Les circonstances sont aujourd’hui au rendez-vous. Nous serons le cœur mystique de « jour de colère ».

     En accord avec Claude Reichman, nous nous regrouperons le 26 janvier à 13 heures devant l’Opéra Bastille.

Gérard Pince


dimanche 12 janvier 2014

l'enjeu du 26 janvier


Depuis des années, le Conseil représentatif des Institutions juives en France (CRIF) défend l’immigration en Europe tandis que son bras armé, la LICRA, harcèle tous ceux qui s’opposent à l’invasion. De cette dernière surgissent des monstres comme Fofana ou Mohamed Merah. Aujourd’hui, c’est monsieur Mbala Mbala qui pousse le bouchon trop loin et un roquet en profite pour rétablir la censure en France.

     Les résistants n’ont pas à prendre parti entre deux cliques qui souhaitent le remplacement de notre population, de sa culture et de sa civilisation. Certes, on peut déplorer ce nouvel arbitraire mais, de toute manière, l’état de droit n’existait déjà plus dans notre république bananière. Laissons-les donc s’entredéchirer par le biais de leurs médias et Dieu reconnaîtra les siens.

     Exigeons plutôt la démission de ce président qui a la quenelle en folie. Au moment où tant de Français souffrent, il ne s’intéresse qu’à ses galipettes. Le 26 janvier prochain, avec jour de colère (1), donnons-lui l’occasion de s’y consacrer à plein temps, en abandonnant des fonctions qu’il a ridiculisées !

Gérard Pince



jeudi 2 janvier 2014

Meilleurs vœux et rendez vous le 26 janvier !

Je vous présente mes meilleurs vœux pour l'année nouvelle qui sera encore éprouvante sur le plan économique mais qui peut réserver quelques bonnes surprises politiques L’économie française restera handicapée par les huit millions de « chances pour la France » qui sont oisifs à 60 % et qui saignent les finances publiques (1). Tant que ce problème de l’immigration n’aura pas été réglé, les promesses de François Hollande (baisse de charges des entreprises, réduction des dépenses et des impôts) n’engageront que les naïfs qui y croiront. À quoi bon réduire les recettes représentées par les cotisations si on ne diminue pas d’autant les dépenses en supprimant, par exemple, les allocations familiales aux étrangers ? Le rapport sur l’intégration montre bien que l’on prend le chemin inverse.

Seul l’épargnant tirera son épingle du jeu. Ceux qui suivirent mon conseil du 2 avril 2013 ont gagné 18 % sur leur portefeuille boursier. Ils peuvent espérer autant en 2014 en raison de l’amélioration des fondamentaux dans les autres pays. J’ajoute que les gains enregistrés au sein d’une assurance vie sont exempts d’impôts tant qu’ils n’en sortent pas (Exception faite de l’ISF)

Sur le plan politique, le pouvoir est fort de la faiblesse de l'opposition. La volonté de sortir de l’Union européenne et de l’euro ne recueillera jamais une majorité. Voulez-vous détruire la France parce que son gouvernement vous déplait ? Non ! Alors pourquoi voulez-vous détruire l’Europe sous prétexte que sa commission est exécrable ? Quant au retour au franc, ce serait une catastrophe économique. Ne comptez pas sur les quinze millions d’électeurs retraités pour avaliser une telle politique !

N’espérons donc rien des partis et de leurs promesses illusoires. Attendons tout de nos propres forces en participant à la manifestation prévue le 26 janvier par « jours de colère ». Des citoyens de tous horizons, appuyés à ce jour par plus de trente associations, appellent à un sursaut national pour que nos élites changent de direction. Ce sera un bon début pour commencer l’année !

Gérard Pince

1— Lire « Les Français ruinés par l’immigration ». Cliquez sur : http://www.amazon.fr/Les-Fran%C3%A7ais-ruin%C3%A9s-par-limmigration/dp/2841912787 pour le commander. Le succès de cet ouvrage est tel que plus personne n’ose dire que l’immigration nous enrichit.