vendredi 26 juin 2009

Crise : réponses à deux questions primordiales

Les derniers indicateurs publiés par les grandes institutions internationales (FMI, Banque mondiale, OCDE) permettent de répondre à deux questions que vous vous posez tous : Quand surviendra la reprise? Quelle est la situation de la France face à la crise?
Une analyse critique de ces statistiques fait ressortir qu’il est prématuré de fixer une date certaine pour la reprise. De nombreux économistes craignent à présent une dépression aussi longue et aussi dévastatrice qu’en 1929. En revanche, les chiffres montrent que la France reste moins touchée que ses partenaires immédiats, qu’elle bénéficiera d’une reprise éventuelle à un rythme plus rapide et que son endettement public n’a rien d’exceptionnel (1).

1-Quand surviendra la reprise?

La Banque mondiale envisage à présent une baisse du PIB mondial de 2,9% en 2009 (dont moins 3% pour les USA et moins 4,5% pour la zone euro) alors qu’elle prévoyait en décembre dernier une hausse de 0,9%. L’importance de l’erreur constatée ne peut qu’altérer la validité des nouvelles prévisions de reprise, d’autant plus qu’elles reposent sur deux hypothèses contestables: une reprise aux états unis dès la fin de 2009 et une stabilisation durable du prix des matières premières (2).

S’agissant de la reprise américaine, largement anticipée par les bourses, les indicateurs disponibles restent contrastés. Certes, le Baltic index qui s’était effondré est remonté à 3700 (Contre 10.000 avant la crise !). On assiste par ailleurs, entre Mai et Juin, à une légère amélioration des permis de construire et des commandes de biens manufacturés (3). En revanche, les achats de maisons continuent à décroître tandis que le chômage poursuit son augmentation au même rythme : alors que son taux s’établissait à 4,6% en 2007, il devrait atteindre 10,1% en 2010 (4). Une détérioration aussi rapide ne peut pas rester sans effet sur le niveau de la consommation. En outre, au cours du premier quadrimestre 2009, l’investissement en taux annualisé a décru de 37% (et de 30% au Japon et en Allemagne) (5). Une telle chute devrait logiquement interdire tout espoir de reprise en 2010 et même en 2011.

S’agissant des matières premières, la Banque mondiale fonde ses prévisions sur un baril de pétrole à 55$ en 2009, 63 en 2010 et 65 en 2011, l’idée étant qu’une demande affaiblie devrait maintenir les prix bas. En fait, le prix dépend aussi de l’offre. Si cette dernière se réduit encore plus fortement que la demande, les prix ne peuvent qu’augmenter. Or les pays producteurs retardent partout leurs investissements (la Russie vient de supprimer ses projets d’investissements gazier) et par conséquent le baril de pétrole qui atteint déjà 70$ en juin 2009 dépassera très certainement les chiffres prévus par la banque en 2010 et 2011. Conformément à notre analyse de base, le rebond des cours des matières premières risque donc de tuer dans l’oeuf tout espoir de reprise durable (6).

En conclusion, en l’absence de solutions réelles (7), il s’avère difficile de fixer une date pour la reprise. De nombreux économistes craignent à présent une crise aussi longue et aussi dévastatrice qu’en 1929.

2-Quelle est la situation de la France face à la crise

Parmi les quatre pays européens du G7, la France est le pays le moins touché par la crise. En 2009, son PIB devrait chuter de 2,9% contre 5,6% en Allemagne, 4,4% en Italie et 4% au Royaume uni (4) (Selon l’OCDE la chute serait encore plus sévère en Allemagne :-6,1% et en Italie :-5,6%).

Certains prétendent qu’en contrepartie la France sortirait plus tard de la crise. Les chiffres du FMI ne confirment pas cette prédiction: parmi les quatre pays européens du G7, la France serait la seule à sortir de la crise en 2010 (+0,4%) et son taux de croissance resterait supérieur à celui de l’Allemagne et de l’Italie en 2011 (4). Par ailleurs, notre taux de chômage en 2010 (10,3%) serait inférieur à celui de l’Allemagne (10,8%) et comparable à celui des USA (10,1%). L’observation quotidienne confirme d’ailleurs ces chiffres. En France, on ne voit pas 500 maisons saisies en une seule journée comme à Las Vegas et des familles, privées de logements, quitter les villes en convoi pour aller vivre dans des campements. Heureusement, nos banques ont fait moins de bêtises qu’aux états unis et elles sont en meilleure santé que les banques suisses, belges, luxembourgeoises, allemandes ou britanniques très exposées à des défaillances dans les pays de l’est.

Pour autant, sommes nous trop endettés? En 2007, la France faisait encore figure de mauvais élève parce que son ratio de dette publique par rapport au PIB s’établissait à 63,9% contre 63,5% en Allemagne, 63% aux USA et 44% au Royaume Uni. Compte tenu de la crise, la France serait en 2010 dans une position plus favorable que ses autres partenaires puisque son ratio n’atteindrait que 80,2% contre 97,5% aux USA, 86,6% en Allemagne, 121% en Italie, 227% au Japon (4). C’est d’ailleurs pourquoi l’Agence France Trésor place ses OAT sans difficultés sur les marchés financiers. C’est aussi pourquoi l’emprunt EDF s’annonce comme un succès. Dans ce contexte, on peut s’attendre à ce que les épargnants souscrivent largement à l’emprunt Sarkozy (8).

Pour le moment, l’endettement et la planche à billets permettent de retarder ou de ralentir la déflation qui menace tous les pays. Par exemple, l’index des prix à la consommation hors énergie, est passé aux USA de 117,3 en 2007 à 105,6 en mai 2009. Pour les mêmes dates, l’index est passé en France de 108,4 à 103,4 (10). Sans les injections de monnaie, la déflation sous jacente aurait donc été beaucoup plus forte. D’ailleurs, le FMI, la Banque mondiale et L’OCDE excluent dans l’immédiat l’adoption de plans de rigueur et recommandent la poursuite des politiques de soutien.

Il n’en reste pas moins que le monde développé (et pas seulement la France) s’endette trop lourdement pour des résultats incertains. Cela pourrait déboucher, comme le signale Jacques Attali, sur une hyper inflation et un Weimar planétaire (9). Je crois plutôt que cela débouchera sur une inflation forte mais maîtrisée accompagnée dans certains pays par des dévaluations et des manipulations monétaires. Après les deux guerres mondiales, les énormes dettes accumulées par les états furent ainsi apurées au détriment des rentiers et des prêteurs. Le procédé remonte à l’empire Romain. C’est d’ailleurs pourquoi il est absurde de comparer les finances d’un ménage à celles des états.

Gérard Pince

1- Sites du FMI, de la Banque mondiale et de l’OCDE : cliquez sur : http://www.imf.org/external/index.htm - http://www.worldbank.org/ -http://www.oecd.org/home/0,3305,en_2649_201185_1_1_1_1_1,00.html
2- Cliquez sur :http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/EXTDEC/EXTDECPROSPECTS/EXTGBLPROSPECTSAPRIL/0,,contentMDK:20370107~menuPK:659160~pagePK:2470434~piPK:4977459~theSitePK:659149,00.html 3-Indicateurs de l’US census bureau: http://www.census.gov/cgi-bin/briefroom/BriefRm
4-http://www.imf.org/external/pubs/ft/weo/2009/01/weodata/index.aspx
5-http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/EXTDEC/EXTDECPROSPECTS/EXTGBLPROSPECTSAPRIL/0,,contentMDK:20370205~menuPK:659166~pagePK:2470434~piPK:4977459~theSitePK:659149,00.html
6-http://www.freeworldacademy.com/globalleader/depression.htm
7-http://www.freeworldacademy.com/bref.htm
8- Un bon profil impliquerait notamment, l’indexation du principal sur un panel de matières premières, la défiscalisation du coupon et la déduction du montant souscrit de l’actif imposable à l’ISF et aux droits de succession (comme le regretté « Pinay »)
9-à voir sur
http://www.dailymotion.com/video/x9ciw3_attali-preparezvous-pour-un-weimar_news
10-http://www.oecd.org/document/15/0,3343,en_2649_33715_1873295_1_1_1_1,00.html

lundi 22 juin 2009

La Burqa: Résistants! Allons de l'avant!

Il faut saluer le courage des députés qui ont demandé la création d'une commission d'enquête parlementaire sur le port de la Burqa. Selon un sondage du Figaro, 88% des personnes interrogées approuvent cette initiative, ce qui montre que tout n’est peut être pas perdu. Dieu merci, le Président de la République vient d’exprimer une position identique lors de son discours devant le Congrès : " Ce n'est pas un problème religieux mais un problème de liberté, de dignité de la femme, signe d'asservissement, d'abaissement, pas le bienvenu et pas acceptable dans notre pays "

Un débat aura donc lieu au Parlement sur la défense de nos valeurs. En réalité, il ne s’agit pas de savoir si le port de la Burqa est libre ou subi. Tout comme le voile, c'est l’étendard de l’islamisme. De même que le port d’insignes Nazis est interdit en France, il faut aussi, pour les mêmes motifs, interdire la Burqa dans tout l’espace public.

L’opposition à une loi regroupe tous les partisans de l’immigration et de l’islamisation. Dans ce contexte, le manque d’enthousiasme des milieux résistants ne peut que surprendre. Bien sur, il faudrait faire plus mais toute avancée est bonne à prendre et tout ce qui peut contrarier l’Islamisme doit être défendu. Je pense que certains sont animés par un antisarkozysme primaire qui dénature notre combat. Qu’ils aillent donc ressasser leurs fantasmes avec le « gros détail » et qu’ils nous fichent la paix!

J’invite donc les résistants à se ressaisir, à soutenir ce projet, et à dénoncer devant l’opinion publique tous ceux qui s’y opposent.


Gérard Pince

lundi 15 juin 2009

Les deux écologies


L’écologie comporte deux courants. Le premier, qui vient de remporter un succès électoral en France, souhaite protéger la nature pour favoriser un développement durable de l’humanité. Le second, quasiment inconnu, considère que la salut de la planète passe par une lutte sans merci contre la surpopulation humaine.

Je ne reviendrai pas sur les thèses de nos écologistes français (réchauffement climatique, décroissance, culpabilité de l’homme blanc). Il faut lire l’excellent livre de Christian Gérondeau “CO2-Un mythe planétaire” ou se reporter à son interview sur http://www.reichmantv.com. Si ces écologistes rencontrent un tel succès, en dépit de leurs nombreuses contradictions, c’est surtout parce qu’ils surfent sur la tendance majeure de notre époque fondée sur la repentance. En fait, ce sont surtout des tiers-mondistes et j’en prends pour preuve leur refus absolu de limiter la population humaine (1). Tout comme les gauchistes, ils veulent simplement détruire notre civilisation et sur exploitent la bêtise humaine qui représente de nos jours la seule ressource inépuisable.

En revanche, la « Deep ecology », surtout présente dans les pays anglo saxons, considère que l’espèce humaine doit réguler sa population pour vivre en équilibre avec la biosphère et l’écosphère. Elle insiste sur la déforestation, la pollution des espaces naturels et la disparition des autres espèces vivantes qui résultent de la surpopulation dans le tiers monde. A la différence du CO2, ces fléaux ne relèvent pas de l’imaginaire. J’ai vu, à Madagascar, les collines autrefois boisées (les « tanety ») transformées en monticules arides du fait de la déforestation. J’ai vu, en avion, les énormes nuages de fumée et de cendres résultant des incendies de la forêt amazonienne. J’ai vu sur les plages des îles du Pacifique les dégâts occasionnés par la pollution. Ces problèmes ne peuvent qu’empirer puisque la fameuse transition démographique, qui devait ralentir la progression de la population mondiale, ne semble pas fonctionner dans certaines régions du monde et notamment en Afrique subsaharienne (2).

Les conséquences politiques de ces deux courants s’avèrent radicalement différentes (3). Pour nos écologistes, l’Occident porte la responsabilité de la situation actuelle et doit se sacrifier pour permettre aux populations du tiers monde de croître sans limites. Au contraire, la « Deep ecology » considère que la civilisation occidentale offre des remèdes puisqu’elle enregistre une faible croissance démographique, privilégie les énergies propres comme le nucléaire, replante ses espaces naturels, et réduit la pollution dans ses villes. En revanche, les pays sous développés n’apportent aucune solution et laissent leurs populations proliférer au détriment des équilibres naturels de la planète. La « Deep ecology » cible donc les pays pauvres en réclamant une réduction drastique de leur démographie.

En théorie, le progrès technique occidental pourrait nourrir 30 milliards d’habitants mais il est constamment remis en cause par les apôtres de la décroissance. L’humanité va donc tomber dans la trappe malthusienne, ce qui signifie que la nature se chargera d’éliminer la population en excédent. Les grandes famines prévisibles pourraient d’ailleurs affecter l’Europe occidentale. On oublie trop souvent que notre péninsule a été jusqu’à la fin du 19 ème siècle une terre de la faim en raison de sa trop grande densité humaine. Il a fallu l’action conjuguée de la mécanisation agricole et de l’émigration d’une partie des populations en Amérique pour parvenir à l’aube du 20ème siècle à l’autosuffisance alimentaire et ensuite à l’accumulation d’excédents. Or, de même que les chiens ne font pas des chats, chaque ethnie est adaptée à un certain type de terroir. Lorsque, du fait du remplacement des populations, nos fermes auront été remplacées par des huttes et des gourbis; lorsque les vaches auront été abattues pour laisser place aux chèvres; lorsque les grasses prairies auront été transformées en gravats, il en résultera nécessairement une forte baisse de la production agricole et une incapacité à nourrir les bidonvilles. En prenant pour horizon la fin de ce siècle, l’Europe pourrait donc devenir le théâtre des grandes famines que la nature imposera pour rétablir ses équilibres naturels.

En ce sens, le remplacement des populations est un véritable enjeu écologique tandis que le réchauffement climatique n’est qu’un alibi des théories tiers-mondistes.

Gérard Pince

1- En particulier, Nicolas Hulot considère que la surpopulation ne correspond pas à un enjeu écologique
2-En 2008, on prévoit une population mondiale de 9,3 milliards en 2050 alors qu’en 2004 les prévisions des mêmes instituts portaient sur 9 milliards. Au fur et à mesure des révisions, on s’achemine ainsi vers des chiffres qui infirment le scénario médian de la transition démographique. Pour la définition de la transition démographique, se reporter à
www.freeworldacademy.com/globalleader/population.htm. Pour prendre connaissance des derniers rapports établis en 2008, se reporter à : www.un.org/esa/population/unpop.htm et www.prb.org
3-Ces deux courants alimentent aussi des débats philosophiques dont on trouvera un écho en cliquant sur http://www.utm.edu/staff/jfieser/vita/research/eco.htm. En substance, l’écologie traditionnelle revendique un héritage humaniste chrétien ou laïc tandis que la « Deep ecology » ne place plus l’homme au centre de l’univers et plaide pour l’unité de la biosphère (Se reporter à l’essai de Luc Ferry consacré au “Nouvel ordre écologique”).

dimanche 14 juin 2009

Iran : Victoire de l’islamo nazisme

La victoire du disciple d’Adolf Hitler en Iran inflige tout d’abord un cinglant désaveu aux medias (1) qui prévoyaient un scrutin serré et aux « intellectuels » qui prétendaient que la majorité des iraniens était modérée. C’est aussi une gifle pour Obama. Ses prosternations au Caire n’ont nullement apaisé les fous de Dieu mais je présume que le fourbe se réjouit secrètement de ce résultat qui s’intègre dans sa stratégie de liquidation de l’Occident.

C’est surtout pour Israël que sonne le glas. En cas d’attaque préventive, l’Iran bénéficiera désormais du soutien de la Russie, de la Chine et de la Corée du nord qui cherchent à prendre leur revanche sur une Amérique trahie de l’intérieur. De plus, on a répété à nos compatriotes, par le biais de la LICRA, de SOS racisme ou de « Touche pas à mon pote » que toute résistance à l’islamisation de l’Europe correspondait à une idée nauséabonde. Je ne vois donc pas comment les mêmes pourraient nous demander d’aller mourir à Jérusalem pour résister à l’islamisme ! En cas de conflit majeur, personne ne lèvera le petit doigt. Tout au plus, l’US Navy évacuera les rescapés dans une sorte d’Exodus à l’envers.

Les medias occultent à présent l’élection de Mahmoud Ahmadinejad et dénaturent la signification de l’évènement. On le dépeint sous les traits d’un « ultraconservateur » alors que c’est un islamo nazi de la pire espèce. Plantu, dont les dessins en disent plus qu’un éditorial, croque un Ahmadinejad rigolard et plutôt sympathique alors qu’il aurait caricaturé le moindre leader « populiste » sous les traits d’un abject SS. Rien ne peut changer l’aveuglement de nos mutants. Les hommes et les peuples suivront donc leurs destins. En fin de compte, beaucoup n’auront plus que les yeux pour pleurer.

Gérard Pince

1-Les journalistes ont sans doute suivi les évènements depuis les hôtels du centre de Téhéran. A la fin des années 60, j’étais passé dans cette ville et son centre ressemblait à Paris avec toutes les filles en mini jupes. J’ai alors loué un taxi pour circuler dans les immenses banlieues autour de Téhéran. A la vue de tous les fantômes, j’ai vite compris que la modernisation voulue par le Shah n’était qu’un village de Potemkine qui dissimulait un pays profondément rétrograde et islamisé.

lundi 8 juin 2009

Obama : le compagnon de route de l’islamisme.

En Novembre dernier, j’avais constaté que nos contemporains souhaitaient la victoire d’Obama parce qu’il était noir. J’avais alors écrit que ce racisme « inversé » favoriserait la dissolution de notre civilisation tandis que les cultures musulmanes, africaines et papoues seraient magnifiées. L’actualité confirme mes prévisions les plus pessimistes.

Obama est en effet un personnage diabolique. Il sait parfaitement manipuler les mots et il faut lire très attentivement son discours du Caire pour débusquer tous les pièges qu’il nous tend. Il proclame que les états unis sont un grand pays musulman et place l’Islam au coeur de la société américaine, à égalité avec le christianisme. Il souligne ensuite la tradition de tolérance de l’Islam en Andalousie pendant l'Inquisition, et déforme ainsi grossièrement l’histoire, en légitimant l’occupation musulmane. Il critique les pays occidentaux qui limitent le port du voile, mais se garde bien de condamner les régimes qui transforment les femmes en fantômes. Enfin, en équilibrant les torts des occidentaux et des pays arabes, il place sur le même plan les agresseurs et l’Occident agressé. En définitive, Hussein Obama révèle sa véritable nature : Celle d’un habile compagnon de route de l’islamisme.

Bien entendu, tous les médias scandent en cœur « y’a bon Obama » et approuvent ces propos qui tranchent avec les horribles années Bush marquées par la volonté de s’opposer à l’islamo nazisme. Obama a donc les coudées franches. Il s’emploie méthodiquement à détruire le dollar et l’économie américaine. Il va aussi détruire tout l’Occident, à commencer par Israël. Connaissant ce pays et l’imbrication des populations, je considère que la fameuse feuille de route est parfaitement irréaliste et conduira le peuple hébreu dans le précipice le jour ou l’Iran disposera de l’arme nucléaire. Je le dis avec tristesse: il est douteux qu’Israël existe encore en 2020. Quel douloureux réveil pour les juifs américains qui ont majoritairement soutenu ce zombie en oubliant qu’il pouvait se retourner contre ses créateurs ! Après Israël, ce sera le tour de l’Europe. Les rodomontades de nos dirigeants n’empêcheront pas à terme l’adhésion de la Turquie. En effet, même si une majorité de français y reste encore opposée, les sondages montrent que ce résultat est obtenu grâce aux personnes âgées. Dans le futur, les chiffres seront donc inversés et nos mutants se prosterneront devant le grand turc pour expier les victoires islamophobes de Lépante ou de Vienne.

J’aime beaucoup la belle phrase de Jean Raspail qui figure en exergue à son blog « Quand on représente une cause (presque) perdue, il faut sonner de la trompette, sauter sur son cheval et tenter la dernière sortie, faute de quoi l'on meurt de vieillesse triste au fond de la forteresse oubliée que personne n'assiège plus parce que la vie s'en est allée ». A tort sans doute, je m’en tiens à une règle inspirée du règlement militaire, qui précise que la fanfare ne doit jamais se situer trop en avant du régiment. Or, je constate en me retournant qu’il n’y ‘a plus de régiment. On me dit qu’un sursaut est possible. S’il se produisait, je sauterais sur mon cheval pour y participer de toutes mes forces. Hélas, je suis trop lucide pour me bercer d’illusions.

Gérard Pince

mardi 2 juin 2009

Le délire économique

Depuis Mars dernier, nous vivons dans une atmosphère surréaliste. Tous les indicateurs macro économiques restent mauvais et le FMI révise mensuellement ses prévisions dans un sens toujours plus alarmiste. Après Chrysler, le géant General Motors vient de déposer son bilan entraînant ainsi la ruine de ses actionnaires, créanciers et sous traitants. Par ailleurs, des milliers de personnes vont se retrouver au chômage. Eh bien ! Figurez vous que les bourses ont salué ce funeste évènement en progressant fortement.

Lorsque je lis les commentaires de nos pseudo économistes, j’ai de plus en plus l’impression de vivre parmi des fous. On ne parle plus de dépression mais de croissance négative tandis que la déflation devient une inflation négative. On en arrive même à considérer qu’une amélioration se produit lorsque la chute d’un indice ralentit. Supposez par exemple, que vous ayez en trésorerie 1000 euros en Avril, 500 en Mai et 300 en juin. Face à une telle évolution, vous estimerez que votre trésorerie se détériore. Vous avez tout faux ! Votre trésorerie au contraire s’améliore puisqu’elle a chuté de 50% entre avril et mai et seulement de 40% entre Mai et Juin!

Dans ces conditions, nos compatriotes font preuve d’une parfaite insouciance et vivent au rythme de Roland Garros ou de la rétrogradation de Caen en seconde division. On voit toujours autant de voitures sur les routes et les plages sont noires de monde. On prépare dès à présent les vacances puisque la reprise est annoncée dès la rentrée. En définitive l’inquiétude se limite aux entreprises qui voient fondre leurs chiffres d’affaires et aux bassins d’emploi déjà affectés par la crise. Cette situation n’est d’ailleurs pas insolite : au plus fort de la dépression des années 30, les français fêtaient le front populaire et les congés payés en ignorant superbement les périls qui se profilaient à l’horizon (1).

Ce délire imbécile se terminera et je pense qu’il se terminera mal. Tous ceux qui annoncent une reprise prochaine trompent nos compatriotes et les incitent à dépenser sans compter alors qu’il faudrait au contraire épargner en prévision des difficultés à venir. Nos deux études de base (2) représentent l’alpha et l’oméga pour tous ceux qui veulent comprendre la situation actuelle. En substance, la surproduction mondiale en biens de consommation se conjugue à une pénurie et donc à une sous production prévisible des produits agricoles et du pétrole. Au moindre signe d’amélioration de la conjoncture, les cours de ces matières premières rebondiront aussitôt comme un ressort, tuant ainsi dans l’oeuf tout espoir de reprise durable. Pour le moment, conformément à nos prévisions, la déflation s’installe dans tous les pays en dépit du fonctionnement frénétique de la planche à billets. Toute cette orgie de papiers imprimés se traduira par une crise monétaire dont les conséquences restent pour le moment imprévisibles. On surveillera notamment, la hausse des rendements obligataires et l’affaiblissement constant du Dollar au profit de l’Euro.

Dans l’immédiat, je ne change rien à mes préconisations antérieures (3). J’exhorte de nouveau mes amis retraités à limiter le plus possible leurs achats auprès du commerce ou des entreprises. Comme vous avez du temps libre, fréquentez assidûment les ventes aux enchères ou vous trouverez tous les produits d’usage (vaisselle, textiles, bricolage, ameublement, véhicules, etc.) adjugés à des prix représentant en moyenne 5 à 10% de leur valeur dans le commerce. Privilégiez notamment les liquidations judiciaires, très nombreuses en ce moment, et qui permettent d’acquérir des biens à l’état neuf. Comme le disait, dès le début de la crise, notre commissaire priseur normand « Le commerce et ses prix ridicules, c’est fini ! Dorénavant, ce sont les acheteurs, cash en main, qui fixeront les prix dans les salles d’enchères ». Profitez en, c’est le moment!

Gérard Pince

1- Par ailleurs, une grande dépression s’étire pendant de nombreuses années. A l’exception de ceux qui sont directement touchés, les gens vivent donc à leur rythme habituel sans toujours se rendre compte de la dégradation lente et régulière de leur niveau de vie.

2- Se reporter notamment aux études suivantes: http://www.freeworldacademy.com/globalleader/financialcrisis.htm : classé sur Google en 6eme position sur 25.900.000 entrées http://www.freeworldacademy.com/globalleader/depression.htm classé sur Google en 5eme position sur 22.400.000 entrées. De tels classements signalent une fréquentation intense mais les médias n’en parlent pas parce que ces études contiennent des vérités qui ne sont pas bonnes à dire. Lisez attentivement ces textes. Vous économiserez ainsi l’argent dépensé inutilement pour acheter des livres écrits par des ignorants ou le temps perdu pour assister à des conférences organisées par des bouffons.

3-Se reporter à
www.freeworldacademy.com/criseauquotidien.htm