mardi 3 décembre 2013

Le grand retour.

Nous sommes un peuple européen, de culture gréco-latine, de tradition chrétienne et porteur du flambeau des libertés, de la science et de la civilisation. Nous ne voulons pas « vivre ensemble » sur le territoire qui nous appartient avec des populations étrangères à ces valeurs. Toutes les crises que nous subissons (comptes publics (1), logement, travail, éducation, sécurité) sont les contrecoups de la substitution démographique qui s’opère sous nos yeux.

La réponse au grand remplacement est le grand retour. Il implique le rétablissement du droit du sang, la prohibition de l’Islam (comme en Angola), l’interdiction de toute immigration en provenance des pays extérieurs à l’Union européenne, la suppression des prestations sociales (allocations familiales notamment) versées aux étrangers, le renvoi de ceux qui sont au chômage (comme en Arabie Saoudite qui expulse 900 000 Africains), l'abolition de la double nationalité, la déchéance de citoyenneté pour les naturalisés en cas de peines délictuelles ou criminelles.

Certains se demandent comment nous pourrions appliquer ces mesures. Pratiquement, il suffirait de refouler dans des cantons frontaliers gérés par l’office des réfugiés de l'ONU ceux qui ne s’y soumettraient pas (Comme ce fut le cas en Palestine lors de la création d’Israël et nul ne s’en est indigné !).

Ce programme exige un changement du système qui nous ligote comme Gulliver. Une dissolution ramènerait au pouvoir l’ancienne majorité. Faut-il attendre les prochaines élections présidentielles alors que chaque jour qui passe fait pencher le rapport des forces en notre défaveur ? Inspirons-nous plutôt de l’exemple ukrainien en participant massivement à la manifestation prévue le 26 janvier par « jours de colère ». L’heure est venue d’enclencher un processus pour nous libérer des psychopathes qui veulent nous remplacer !

Gérard Pince

1— Lire « Les Français ruinés par l’immigration ». Cliquez sur : http://www.amazon.fr/Les-Fran%C3%A7ais-ruin%C3%A9s-par-limmigration/dp/2841912787 pour le commander. En 2011, les immigrés des pays tiers (extérieurs à l’Union européenne) et leurs descendants ont entraîné un déficit de 65 milliards sur un total de 104. La crise de la dette est donc bien celle de l’immigration et tous les efforts d’austérité que l’on impose aux Français proviennent du refus de la réguler.

dimanche 13 octobre 2013

Immigration et mondialisation

De la gauche à la droite, tous nos médias affirment que l’immigration découle de la mondialisation. C’est encore un gros mensonge ! (1)

Je viens de passer quelques jours à Taiwan et en Corée. Ces pays figurent à l’avant-garde de la mondialisation en se plaçant à la pointe des technologies et bénéficient d’un PIB par habitant comparable au nôtre. Or il n’y existe aucune immigration et les nationaux occupent tous les emplois, y compris les plus modestes.

La courtoisie et la compétence de ces populations impressionnent le visiteur français en provenance de Roissy et de sa « diversité ». Les Coréens et les Chinois ignorent la sauvagerie et l’insécurité. Ils restent attachés à leur identité.

Sur un plan plus global, l’idéologie du grand remplacement ne sévit qu’en Europe occidentale et aux États-Unis. Il faut croire qu’il existe dans cette zone un agent pathogène qui incite les peuples à se suicider en prônant la disparition des nations et de leurs cultures (2). Que dire de plus ?

Gérard Pince.

1— Pour vous délivrer du mensonge, lisez « Les Français ruinés par l’immigration ». Cliquez sur : http://www.amazon.fr/G%C3%A9rard-Pince/e/B007GGPNNK/ref=ntt_dp_epwbk_0 pour le commander.

2— J’imagine qu’en Corée ou à Taiwan, on établirait des barrages militaires et non des « corridors humanitaires » pour se protéger des invasions venues de la mer (Jean Raspail avait été visionnaire dans ce domaine)

samedi 14 septembre 2013

Non au changement de peuple et de civilisation


Vous trouverez l’appel de Renaud Camus et le Non au changement de peuple et de civilisation en cliquant sur ce lien : http://www.le-non.fr/. Adhérez massivement à ce mouvement qui répond à un danger immédiat.

Au moment où les impôts les écrasent, ceux qui ont lu mon livre (1) savent que le déficit de nos finances publiques est imputable à hauteur de 65 % aux originaires des pays tiers (2) et que cette invasion appauvrit un ménage de quatre personnes de 8000 euros par an. La ruine entrainée par l’immigration est donc désormais établie mais tout indique que nous allons faire face à une accélération du grand remplacement :

La loi Duflot encouragera certains locataires (on se doute bien de qui il s’agit) à ne plus payer leurs loyers grâce à « la garantie universelle des loyers » qui indemnisera les propriétaires afin d’éviter les expulsions. La GUL sera l’équivalent de la CMU pour la santé. Par ailleurs, à votre retour de vacances, vous risquez désormais de retrouver votre foyer occupé par « un papa, des mamans et leurs petits ». Vous aurez toutes les peines du monde à les déloger puisqu’ils bénéficient du soutien du pouvoir et de ses milices.

La loi Taubira permettra aux cambrioleurs et voleurs à la tire d’exercer leurs méfaits sans aucune sanction sérieuse. Les biens des Français deviendront ainsi un tribut. Toutes les « Chances pour la France » pourront y puiser à volonté. L’insécurité torrentielle qui prévaut déjà partout donne une idée de la catastrophe qui se prépare. Quant à ceux qui se défendent, c’est aussitôt la case prison !

Manuel Valls annonce son intention d’augmenter les naturalisations en se débarrassant des garanties qui subsistaient. Il entend ainsi renforcer la clientèle électorale du pouvoir en attendant la loi sur le droit de vote aux étrangers qui marquera cette république du sceau de l’infamie (3). Par ailleurs, il s’appuie sur les associations subventionnées de collabos pour interdire aux Français de manifester. Toutes nos libertés fondamentales sont menacées.

Enfin, François Hollande veut nous engager dans une guerre pour soutenir les islamistes en Syrie. Avez-vous vu ces chrétiens fuyant les barbares qui décapitent au sabre leurs opposants ? Sachez que deux cents « Chances pour la France » se sont enrôlées là-bas pour s’entraîner !

En bref, c’est le gouvernement de la racaille, par la racaille et pour la racaille ! Alors que chaque jour qui passe fait pencher le rapport des forces en notre défaveur, pouvons- nous attendre les élections ? La résistance à la tyrannie est aussi légitime que le droit de vote ! Inspirons-nous de l’exemple donné par d’autres peuples ! (4).

Si vous ne vous levez pas en masse dès maintenant, je prédis que dans vingt ans vous serez forcés de quitter vos maisons et votre patrie pour sauver votre peau !

Gérard Pince.

1— « Les Français ruinés par l’immigration ». Cliquez sur : http://www.amazon.fr/G%C3%A9rard-Pince/e/B007GGPNNK/ref=ntt_dp_epwbk_0 pour le commander.

2— Immigration extérieure à l’Union européenne.

3— Sur le plan de la légitimité, cette cinquième république est née d’un putsch militaire sans doute indispensable à l’époque. Quant à sa moralité, on pourrait faire l’appel aux morts en citant les noms de toutes les personnalités qui se sont suicidées en se tirant deux balles dans la tête ou en se noyant dans dix centimètres d’eau !

4— Les Égyptiens viennent de se débarrasser d’un vote malencontreux et ils ont eu raison !



lundi 15 juillet 2013

Consternant et suicidaire


Comment pouvons-nous supporter un pouvoir qui se surpasse dans l’ignominie en niant les faits survenus à l’occasion d’un accident ferroviaire (ou d’un sabotage) ? Il s’avère ainsi complice des charognards qui ont dépouillé des morts et lapidé les secouristes. À l’image des bolcheviks, le mensonge systématique, la police de l'opinion et la répression des honnêtes gens deviennent les moyens essentiels de sa politique.


Une telle menace devrait inciter les deux principales forces de l’opposition à s’allier en dépit des différends qui les séparent. L’UMP est timorée face aux dangers de l’immigration (1) tandis que le FN veut sortir de l’euro. Pourtant, ces querelles d’état-major ne reflètent pas la volonté de la base. Les Français ont déjà un programme commun. Dans leur majorité, ils sont hostiles à l’invasion et souhaitent rester dans l’Europe et sa monnaie unique.


Que peuvent-ils faire pour obliger leurs dirigeants à s’asseoir autour d’une table, à négocier des compromis et tisser enfin les alliances électorales qui évinceront la clique de vrais fascistes et de faux démocrates ? Oserais-je rappeler que la politique ne consiste pas à camper sur ses convictions ? Cet art repose aussi sur le pragmatisme, la diplomatie et l’écoute des autres. Faut-il lancer une pétition nationale, pour les contraindre à se parler ? J’en suggère l’idée en laissant à ceux qui jouent un rôle public le soin de la relayer.


Quel spectacle de ruines et de désolation ! Ce n’est pas seulement la machine à perdre qui se met en marche. Au fur et à mesure que le temps passe, le destin de la France se fait plus lourd. À défaut d’un sursaut, la roue rouge poursuivra sa course inexorable jusqu’à notre écrasement final.


Gérard Pince


1— Lisez « les Français ruinés par l’immigration » et reportez-vous aux émissions consacrées à ce sujet sur Radio Courtoisie et Reichman TV. Les grands sites de ventes sur Internet étant en rupture de stock (? ? ?), commandez sur : www.godefroydebouillon.fr/crbst_5.html


vendredi 7 juin 2013

Tous à Paris le 22 juin à l'appel de Résistance républicaine.



Mes amis, nous entrons dans l’âge de fer. Prenant prétexte du drame survenu à l’occasion d’une rixe confuse, le pouvoir lance une offensive générale contre nos libertés afin de faire oublier sa faillite économique et ses innombrables fripouilleries.

Il prétend lutter contre les violences mais il ne fait rien contre ceux qui instrumentalisent des monstres comme Merah. Il n’a jamais rien fait non plus contre les bandes « antifascistes » qui terrorisent les honnêtes gens. Rappelons à monsieur Hollande que ces « gentils jeunes gens » sont les héritiers des bolcheviks qui ont perpétré le premier grand génocide du vingtième siècle en exterminant par la faim huit millions de Koulaks, entre 1930 et 1933 (1).

Écoutez bien les propos de Manuel Valls. Il veut interdire les « discours de haine ». Que faut-il entendre par là ? Vous vous interrogez sur le bien-fondé d’une immigration qui nous ruine : discours de haine ! Interdit ! (2) Vous critiquez la religion de paix, d’amour et de tolérance : discours de haine ! Interdit ! En bref, Manuel Valls nous annonce qu’il compte supprimer la liberté d’expression. Éblouis par tant d’audace, l’UMPS et les médias applaudissent ! Il est vrai qu’ils crèvent de trouille en entendant le grondement sourd de la colère populaire.

Dès à présent, on assassine judiciairement nos amis de Riposte laïque et de Résistance républicaine. Les plaintes et les procès s’accumulent à l’instigation d’associations subventionnées qui sont de facto des sous-traitants de la police d’État. On les rémunère pour dénoncer ce dont elles s’acquittent à merveille. Avec les nouvelles directives de Manuel Valls, où s’arrêtera ce pouvoir digne de l’ancien KGB ? Pour le moment, on s’attaque à Christine, Pierre ou Caroline mais si vous ne réagissez pas, c’est vous que ces salauds viendront bientôt chercher !

Il faut donc que nous soyons le plus nombreux possible le 22 juin, à 13 h 30, à Denfert Rochereau, pour la manifestation de Résistance républicaine conduite par la courageuse Christine Tasin. Nous défilerons pacifiquement pour réaffirmer un attachement indéfectible à notre civilisation menacée par l’islamisation et la volonté de remplacer les Français par des étrangers. Nous proclamerons notre droit imprescriptible à la liberté d’expression. Nous nous adresserons au peuple de France pour qu’il se lève en masse à l’appel de ses défenseurs.

Gérard Pince

1— Ce génocide a été organisé par Lazare Kaganovitch qui fut à Staline ce que Himmler était pour Hitler !

2—« Les Français ruinés par l’immigration ». Commandez vite sur : www.godefroydebouillon.fr/crbst_5.html pour vous prémunir contre une éventuelle interdiction !









dimanche 2 juin 2013

Les Français ruinés par l'immigration



Mon dernier ouvrage intitulé « Les Français ruinés par l’immigration » vient de paraître aux éditions Godefroy de Bouillon. À partir de la comptabilité nationale de l’année 2011 (nous ne disposons pas de données plus récentes), j’ai analysé l’impact de l’immigration sur l’emploi, les revenus, les finances de l'État et le produit intérieur brut (PIB) qui correspond à la richesse créée par les Français en un an.

Le titre évoque le spectre de la ruine. C’est le mot juste ! Ce document taille en pièces les arguments des « élites » qui prétendent que l’immigration nous avantage. Il démontre au contraire d’une manière irréfutable qu'elle entraîne la faillite de nos finances publiques et pénalise lourdement le niveau de vie de votre ménage. Je ne vous cite pas les chiffres qui illustrent l’ampleur du désastre. Il est préférable de se plonger dans l’ouvrage pour comprendre l’engrenage qui nous broie.

Au terme de cette lecture, vous découvrirez que les efforts d’austérité imposés aux Français proviennent du refus de réguler l’immigration extracommunautaire. Comment interrompre cette hémorragie ? Des solutions existent et j’en évalue l’impact mais qui aura le courage de les appliquer ?

Au prix d’un long travail, j’ai ainsi édifié un barrage contre le mensonge. Je m’attends à un silence des médias. À vous de faire connaître cet ouvrage que vous pouvez commander en cliquant sur le lien suivant : www.godefroydebouillon.fr/crbst_5.html

Gérard Pince

1-Emportez dans vos bagages de vacances « Le revenant de la forêt guyanaise » (2010), « La proie du mal » (2011), « Qui a tué Mamadou ? » (2012) et « La conspiration des magiciens » (2013). Ce dernier roman est hilarant et vous fera oublier la morosité du temps et de l’actualité. Vous les trouverez en cliquant sur le lien suivant : http://www.amazon.fr/G%C3%A9rard-Pince/e/B007GGPNNK/ref=ntt_dp_epwbk_0



jeudi 11 avril 2013

Pour un Printemps français !


Je n’ai pas l’habitude de fouiller dans les poubelles mais les déclarations de patrimoine du Président et de certains de ses ministres relèvent de la bouffonnerie. La valeur des biens immobiliers est grossièrement minorée. Des patrimoines importants ne comportent que quelques milliers d’euros en liquidités alors qu’un particulier qui n’aurait que 0,5 % de son actif en cash serait incapable de faire face à ses dépenses courantes ! Cet étalage nauséabond de mensonges est à mon avis plus grave que l’affaire Cahuzac qui ne concerne qu’une seule personne.

De plus, Hollande et son gouvernement viennent encore d’afficher leur incompétence en proposant de nouveaux comités ou des mesures qui existent déjà. Par exemple, la Banque de France connaît les filiales des banques françaises dans les paradis fiscaux ainsi que leurs activités puisque le Trésor les utilise parfois pour y domicilier les recettes d’exportation de certains états africains en garantie des prêts qui leur ont été accordés !

Au lieu de s’indigner, il convient de rechercher les solutions. Un remaniement ne changerait rien. Un référendum ne serait qu’une opération de blanchiment d’un parti socialiste corrompu jusqu’à la moelle. Une dissolution ramènerait au pouvoir l’ancienne majorité avec une pincée de députés du Front national. Voulons-nous vraiment revivre le passé ? Toutes ces mesures consistent à demander aux pyromanes d’éteindre l’incendie !

Le sursaut doit venir d’un Printemps français qui ferait éclore un gouvernement provisoire afin de convoquer une assemblée constituante pour remettre les compteurs à zéro. Puisque tous les élus ont failli, puisqu’ils sont tous coupables, on devrait leur interdire d’y siéger. On aurait ainsi une nouvelle représentation de la société civile et enfin la possibilité de poser sans tabous les graves problèmes que connaît notre pays.

mardi 2 avril 2013

La France en panne.



Si vous avez aimé le numéro comique de Hollande en petit mécano avec sa boite à outils, vous éclaterez de rire en lisant les aventures du président Delande dans « La conspiration des magiciens », mon dernier roman (1).

En vérité, François Hollande peut gagner son pari d’inverser la courbe du chômage. Les indicateurs américains s’améliorent et la croissance reste forte dans les pays émergents. Les bourses montent, ce qui signifie que les investisseurs anticipent une reprise en 2014. En dépit du soubresaut chypriote, l’épargnant avisé arbitre une partie de ses fonds en euros contre des actions dans des secteurs porteurs. Notre rusé président escompte les effets de cette embellie en se souvenant que Lionel Jospin en avait bénéficié dans les mêmes circonstances.

Toutefois, le creusement des déficits en 2012 risque de contrarier cet attentisme. Hollande a osé prétendre qu’il lui était impossible de réduire les dépenses votées par l’ancienne majorité ! Cette affirmation illustre sa duplicité puisqu’il pouvait recourir à un collectif budgétaire. Tant que les marchés financiers n’auront pas montré les dents, il ne fera rien qui puisse mécontenter les catégories privilégiées qui bloquent toute réforme de la société depuis des décennies.

L’absence d’alternative représente son principal atout. Le programme économique de Marine Le Pen est aussi déficient que celui de Mélenchon. Tant qu’elle s’obstinera à vouloir sortir de l’euro, elle se privera des voix des quinze millions de retraités qui ne souhaitent pas revenir à une monnaie de singe et le vote en sa faveur restera protestataire. Par ailleurs, les propositions de l’UMP sont inaudibles d’autant plus que sa frange libérale soutient activement l’immigration parce qu’elle profite à court terme au patronat et aux classes dirigeantes. L’opposition institutionnelle n’apporte donc aucune solution.

Contrairement à la propagande des médias et des instituts de sondage, je crois que la population est plus préoccupée par l’insécurité et les prémisses d’une guerre civile que par le chômage dont l’invasion est d’ailleurs la cause principale.

Je vous annonce à ce sujet la sortie prochaine, aux éditions Godefroy de Bouillon de mon ouvrage intitulé « les Français ruinés par l’immigration ». Ce document explosif taille en pièces les arguments des « élites » qui prétendent qu’elle nous enrichit. Fondé sur les chiffres de la comptabilité nationale de 2011, il démontre au contraire que la crise de la dette publique est celle de l’immigration en provenance des pays tiers (2). Cela signifie que tous les efforts d’austérité que l’on impose aux Français proviennent du refus de la réguler !

Comment interrompre cette hémorragie qui ruine nos finances publiques et le budget des familles ? Les solutions existent mais qui aura le courage de les appliquer ?

Gérard Pince

1- http://www.amazon.fr/La-conspiration-magiciens-G%C3%A9rard-Pince/dp/2841912744

2- Extérieurs à l’union européenne à 27.



mercredi 27 février 2013

La conspiration des magiciens


      Pour échapper à la morosité, je vous invite à lire mon quatrième roman « La conspiration des magiciens » qui vient d’être publié par les éditions Godefroy de Bouillon.

     Ce récit provoque un éclat de rire à chaque page.

     Des dictateurs meurent dans des conditions insolites et une secte mystérieuse revendique leur assassinat au moyen d’envoûtements ! S’agit-il d’un nouveau péril terroriste ou bien d’un simple canular ?

     Une femme moderne, un général français et un étrange directeur de la CIA se lancent à la poursuite des magiciens. Cette équipe loufoque parviendra-t-elle à les éliminer ?

     J'ajoute que les phénomènes psychiques décrits par ce roman ne relèvent pas de l’anticipation. Le projet « Stargate » a bien existé. Les manipulations du subconscient visant à influencer autrui sont déjà vulgarisées aux États-Unis.

     Commandez vite en cliquant sur le lien suivant :

http://www.amazon.fr/La-conspiration-magiciens-G%C3%A9rard-Pince/dp/2841912744

Gérard Pince

dimanche 24 février 2013

L'Afrique à la dérive


     Dans le billet précédent, j’écrivais que les forces françaises reprendraient aisément le contrôle des villes du Nord mais qu’il serait difficile de pacifier leurs hinterlands. J’étais alors trop optimiste puisque l’insécurité se propage à toute l’Afrique de l’Ouest jusqu’au Cameroun et gagne même des régions côtières comme le Bénin.

     On se réjouit de voir notre pays remplir une mission civilisatrice en résistant au déferlement de la barbarie mais à l’évidence les racines du mal sont trop anciennes et l’entreprise trouvera vite ses limites. La montée en puissance d’un islam agressif se conjugue en effet avec la dislocation des états fictifs créés par la colonisation. On a chassé le naturel en séparant des tribus par des frontières artificielles, et en obligeant des populations que tout opposait à vivre ensemble. Or, en Afrique les races se mélangent peu, même lorsque leurs territoires sont étroitement imbriqués comme dans le Nord Cameroun où une famille française a été enlevée. Cette région, que je connais bien, ressemble à un étonnant patchwork peuplé par des Toupouris (agriculteurs bantous), des Arabes, des Haoussas, des Foulbés avec leurs sultanats et leurs esclaves, et enfin des montagnards qui subsistaient comme au temps de la préhistoire avant l'arrivée des missionnaires. Il serait plus sage de laisser ces ethnies retrouver leurs niches écologiques ancestrales. La stabilité du continent y gagnerait sûrement.

     Le péril terroriste mais aussi le banditisme et l’insécurité générale découlent de la déliquescence des états. Cette situation impose une nouvelle vision de la présence européenne en Afrique. Au nom du réalisme, il faut sans doute se limiter à la défense des enclaves minières ou pétrolières et des comptoirs commerciaux qui drainent le coton, le cacao et les autres denrées vers les côtes. À l’évidence, le temps des coopérants et des humanitaires est révolu (1). On ne peut plus assurer leur sécurité.

     Il convient surtout d’éviter la contagion de cette anarchie en prohibant toute immigration en provenance de ces régions. Le mal est déjà présent comme l’illustrent les attaques de trains ou d’autobus et les meurtres de policiers et de collégiens qui assombrissent l’actualité quotidienne. Nos compatriotes attendent avec impatience que l’armée revienne en France pour y combattre le terrorisme au lieu de poursuivre des spectres dans les sables du désert.

Gérard Pince

1— J'ai essayé de le faire revivre dans mon roman « La proie du mal » disponible sur Amazon en cliquant sur le lien suivant :
http://www.amazon.fr/Proie-Epop%C3%A9e-Coeur-lAfrique-Contemporaine/dp/2296547095



vendredi 18 janvier 2013

A propos du Mali

La rébellion des Touaregs est un phénomène récurrent depuis les indépendances, notamment au Mali. Je vivais dans ce pays au moment où furent concrétisés en 1996 les accords de paix avec le gouvernement. J’ai alors sillonné, avec une escorte militaire, malienne toutes les pistes de Tombouctou à Tessalit dans l’extrême nord, et de Gao à Menaka, pour financer des infrastructures en faveur de populations oubliées. Depuis cette époque, l’arrivée de terroristes algériens, la propagande d’al qu’Aida et plus récemment l’abondance d’armes en provenance de Libye sont à l’origine de la reprise des hostilités.

Il ne faut pas se tromper sur le diagnostic. Il ne s’agit pas d’une guerre de religion entre des islamistes et des musulmans modérés. Les Touaregs n’ont jamais pratiqué le fanatisme en matière de culte (1). En revanche, il existe bien un antagonisme atavique entre les nomades de tradition esclavagiste du Nord (Touaregs, Maures, Arabes) et les Noirs du Sud (2), sur fond de problèmes de pâturages opposant comme partout les pasteurs aux agriculteurs. Ce conflit ancestral est d’abord ethnique (pour ne pas dire racial). L’idéologie salafiste (avec la charia et ses séquelles) correspond à la mentalité des terroristes algériens, mais ne représente pour les Touaregs qu’un alibi opportuniste pour se venger des Noirs. Pour l’essentiel, nous avons donc affaire à des nationalistes (1.500.000 au Mali et au Niger) qui revendiquent leur droit de vivre en autonomie.

Au vu de cet arrière-plan historique et ethnique, quels sont les atouts et les risques de l’opération française ? Le Mali n’est pas l’Afghanistan. En dépit de l’immensité de son territoire et de frontières imaginaires avec l’Algérie, la Mauritanie et le Niger, tout le trafic de véhicules passe par un nombre réduit de grands corridors. Même les chameaux ne vont pas partout d’autant plus qu’ils sont tributaires des points d’eau. Les massifs « montagneux » se composent surtout de pitons et de rocailles, sans aucune verdure, et où les possibilités de camouflage restent aléatoires. En revanche, à l’est de Gao, les pistes qui rejoignent le Niger traversent une région de dunes arborées propice aux embuscades (3). En principe, les forces françaises devraient donc reprendre aisément le contrôle des villes du Nord mais il sera très difficile de pacifier leurs hinterlands (4).

Le plus grand risque encouru est d’ordre humanitaire. Comment réagirait l’opinion internationale si l’armée malienne se livrait, à l’abri des Français, à des exactions à l’égard des populations civiles ? Lors des conflits précédents, les Touaregs n’ont dû leur salut qu’à une émigration vers la Mauritanie, la Libye et l’Algérie. Souvenons-nous du Rwanda. Une guerre ethnique est toujours porteuse de massacres de masse.

Certes, on ne peut pas tolérer la création d’une zone terroriste au cœur de l’Afrique mais puisque la menace concerne toute l’Europe et les États-Unis, il me semble inadmissible que nous nous retrouvions si seuls. Ceux qui nous félicitent seront les premiers à nous montrer du doigt en cas de grosses bavures. À mon humble avis, après avoir sécurisé Bamako et Mopti, l’armée française ne devrait plus bouger tant qu’elle n’aura pas reçu le renfort de contingents européens et américains. Nous savons bien que l’Afrique sera toujours un fardeau pour l’homme blanc mais ce n’est pas une raison pour que les Français en supportent tout le poids.

Gérard Pince

1— Quand j’étais sur place, les excès provenaient surtout de Noirs christianisés convertis à l’islam radical grâce à la propagande wahhabite financée par l’Arabie saoudite (notamment au pays Dogon).

2— Les Touaregs possèdent aujourd’hui encore des esclaves noirs : les « Bellah »

3— C’est sur cet axe conduisant de Gao à Ménaka en direction de la frontière du Niger que les combats ont été les plus violents par le passé.

4— En vérité, cette région n’a jamais été totalement sûre même au temps de la colonisation française.